Dimanche 20 avril - 04h16 | Sébastien Roullier

CSI-WF Lyon : John Roche inflexible

Voici la réaction de John Roche, directeur du saut d’obstacles de la Fédération équestre internationale au sujet du temps imparti de la première manche, que les juges ont refusé d’abaisser malgré les demandes de Frank Rothenberger : 'Le temps imparti est fixé par le chef de piste. Il doit être établi en fonction de la longueur du parcours mesuré en prenant le tracé idéal. C’est tout. Il en a toujours été ainsi. Au fil des années, une certaine liberté a été prise par les chefs de piste à ce sujet. Le temps imparti des épreuves a régulièrement été changé sans nécessité de le faire. Il y a une vitesse règlementaire à respecter. Si la vitesse impartie n’est pas assez rapide, elle doit passer de 350m/minute à 375m/minute, mais elle est ainsi fixée et doit être respectée, et le temps des parcours fixé en fonction de celle-ci. Cette règle est imposée par la FEI. Aux championnats d’Europe d’Herning , où un temps avait été considérablement modifié après le passage d’un premier cavalier très rapide (Frank Rothenberger avait trop fortement abaissé le temps imparti de la première manche de la finale individuelle, ndlr), les autres cavaliers étaient quasiment tous dans l’incapacité de boucler leur tour sans faute. De fait, ce n’était plus un parcours à 400m/minute, mais plus rapide que cette vitesse règlementaire. Cette fois, nous avons simplement fait appliquer les règles. Il n’y aucun changement.

Interpellation de Steve Guerdat : 'Une finale de Coupe du monde est-elle le bon endroit et le bon moment pour appliquer cette règle pour la première fois?'

Cette règle n’est pas appliquée pour la première fois. C’est ainsi. Il y a une réunion des meilleurs chefs de piste du monde, ici demain, pour discuter de l’avenir de leur métier. Cette question sera de toute façon sur la table des discussions.

Je ne pense pas que le fait qu’il y ait eu vingt-et-un sans-faute ce soir puisse être mis uniquement sur le compte du temps imparti, je suis désolé.'

Propos recueillis à Lyon par Sébastien Roullier

J'aime 105

Réagissez