Dimanche 20 avril - 04h12 | Sébastien Roullier

CSI-WF Lyon : Rothenberger en colère

Voici la réaction de Frank Rothenberger, chef de piste de la finale de la Coupe du monde de saut d’obstacles à l’issue de la deuxième épreuve : 'J’avais prévu dix à dix à douze sans-faute. Il y en a eu vingt-et-un. C’est trop. Malheureusement, le temps imparti n’a pas joué son rôle ce soir. Avec quelques secondes de moins, trois ou quatre, nous aurions eu le bon nombre de sans-faute, je crois. L’épreuve était assez dure en termes de cotes avec des verticaux à 1,60m et des oxers jusqu’à 1,90m de large. Il reste deux grosses manches à sauter lundi. Je ne voulais pas entamer les ressources des chevaux ce soir.

Je suis très en colère du fait que nous ne puissions plus modifier le temps imparti des épreuves. Les juges doivent suivre les recommandations du chef de piste quand celui-ci mesure son parcours. Puis, normalement, nous montons dans la cabine des juges, regardons passer les trois premiers couples et essayons de trouver un accord avec eux pour le réévaluer si besoin et fixer le temps le plus adapté. Ce soir, j’aurais dû abaisser ce temps de 76’’ à 73’’, mais avant même que je pose la question du temps, les juges m’ont dit qu’ils ne changeraient rien. Je leur ai dit: 'Très bien, je peux quitter votre cabine, puisque je n’ai plus aucune raison de monter ici.' Nous avons regardé les trois premiers chevaux, nous nous sommes rendu compte que le temps était à coup sûr trop long. Le parcours a été correctement mesuré, mais le temps n’était plus du tout un facteur de fautes. J’étais sûr que nous aurions trop de sans-faute. Point à la ligne. Fin de l’histoire.'

Propos recueillis à Lyon par Sébastien Roullier

J'aime 178

Réagissez