Dimanche 20 avril - 02h01 | Sébastien Roullier

CSI-WF : les réactions

Lucy Davis (États-Unis) : « Hier soir, le parcours de Chasse a vraiment été difficile pour nous. Aujourd'hui nous étions plus en phase, plus relax sur ce parcours à la fois haut et technique. J'espérais vraiment sortir ce sans-faute et me qualifier pour le barrage, mais malgré cette petite faute, je pense que nous avons fait un bon parcours. En venant ici, je visais une place dans le top ten, ce ne sera pas pour cette année, mais ça nous permet d'acquérir plus d'expérience, ce qui est positif pour tenter d'atteindre cet objectif l'an prochain ».

Hamad Ali Mohamed Al Attiyah (Qatar) : « Ma jument (Bella Donna 66, l’ex-partenaire de Meredith Michaels-Beerbaum, ndlr) a réussi un très bon parcours, elle a très bien sauté. J'étais un peu en-dessous du rythme qu'elle aurait dû avoir. Elle est très brave, facile à monter, très à l'écoute de ce que je lui demande et c'est vrai que je n'ai jamais eu une monture comme celle-là. Je suis professionnel depuis un an et demi et c'est ma première finale de Coupe du monde, ma première compétition à ce niveau. J'ai beaucoup de plaisir à être ici à Lyon et de pouvoir me confronter aux meilleurs cavaliers du monde. Je dois continuer à me perfectionner, puisque mon objectif est de représenter mon pays aux prochains Jeux équestres mondiaux et aux prochains Jeux olympiques ».

Simon Delestre (France) : « Ce quatre points est vraiment embêtant, d'autant que cet obstacle numéro trois ne présentait pas de difficulté particulière. Mon cheval est toujours à batailler un peu avec la main en début de parcours sur les trois premiers sauts, et il a fait une toute petite touchette. On va attendre de voir le résultat et la finale où j'espère que les parcours seront plus sélectifs qu'aujourd'hui. C'est un parcours difficile, mais il y a quand même eu beaucoup de sans-faute. Pour faire la différence, il faudrait un gros parcours duquel je puisse sortir sans faute, mais je sais que je peux déjà oublier le podium et viser au mieux une place dans les huit premiers, si je réussis une bonne finale. »

Yuri Mansur Guerios (Brésil) : « Au Brésil, il y a une histoire d'un petit garçon qui jouait avec de l'argent et qui a perdu un dollar. Il a alors pleuré et un homme l'a vu et lui a redonné un dollar. Le petit garçon a encore plus pleuré parce qu'il s'est dit qu'il aurait pu avoir deux dollars. Et c'est vraiment comme ça que je me suis senti après mon parcours sans faute aujourd'hui puisqu'hier j'ai fait un mauvais parcours. Maintenant j'espère remonter petit à petit dans le classement ».

Edwina Tops-Alexander (Australie) : « Ego n’est pas un cheval rapide, il y avait beaucoup de sans-faute et les obstacles étaient très haut. Je n’avais pas d’autre choix que de faire un tour prudent. Même si j’avais essayé d’aller plus vite, j’aurais toujours été moins rapide que les autres. Ça n’aurait pas eu de sens de le pousser. Nous devons encore un peu travailler sur sa vitesse. C’est en tout cas un cheval de championnat, et c’est pourquoi il est ici. Je ne l’ai pas beaucoup sorti les deux derniers mois, il n’était pas très bien et j’étais un peu inquiète qu’il ne soit pas prêt pour ici, mais je suis très satisfaite. »

Marcus Ehning (Allemagne) : « Jusqu’à maintenant, j’ai eu une incroyable saison avec Cornado, il s’est amélioré de semaine en semaine, nous commençons à vraiment bien nous connaître. Au barrage, j’ai essayé d’être offensif tout en restant prudent, car lorsqu’il y a vingt barragistes, on veut éviter la faute et ne pas tout donner comme on le ferait le dernier jour. Mon résultat n’a pas suffi pour être dans les premiers, mais il reste toujours lundi, et quoiqu’il arrive, il s’agit d’une bonne expérience pour nous. »

Scott Brash (Grande-Bretagne) : « Je suis content, Ursula a vraiment très bien sauté. Je suis toujours déçu de la faute d’hier, mais je crois que ce double sans-faute nous remet dans la course, dans le peloton de tête, et tout peut encore arriver. Aujourd’hui était très important parce que si vous aviez une faute au premier tour, vous n’étiez plus dans la course. La jument a répondu présent, elle n’aurait pas pu faire mieux. Je ne suis pas allé au maximum de sa vitesse, parce que je voulais la préserver pour le dernier jour. »

Beezie Madden (Etats-Unis) : « A part l’option que je voulais prendre à droite et que j’ai prise à gauche, le barrage s’est passé comme je l’avais envisagé. Simon est un cheval rapide, alors quand on le lâche un peu, il est très rapide. Le premier tour a donné beaucoup de sans-faute mais, en même temps, on a vu du beau sport ce soir. »

Source communiqué

J'aime 107

Réagissez