Lundi 11 juillet - 17h21 | Communiqué

Retour sur les temps forts du CSI d'Ascain

Vendredi 8 juillet, se sont déroulées deux épreuves phares de ce Jumping International d'Ascain, dont une 145cm comptant pour le Longine Ranking List (classement mondial), parcours très technique qualificatif pour le Grand Prix 2* de dimanche, qui a fait suer cavaliers et chevaux. C'est Marie Demonte, montant Royalty du Genet pour la France, qui a été la plus efficace sur ce parcours, et qui a emmené le tour d'honneur.
En fin de cette même journée s'est déroulé le six barres, une épreuve très impressionnante dont le format consiste à aligner six obstacles droits à la suite en ligne droite. Les obstacles sont distants de deux foulées et la hauteur entre le premier et le dernier obstacle est croissante. Sur 12 partants, seuls deux couples sont arrivés en finale et ont époustouflé les quelques 800 spectateurs en franchissant 1,90 mètres : la cavalière israélienne Arly Golombek sur Dolce Vita, et pour la France un Philippe Lafon complètement épaté par la performance de son prometteur Icanthago. C'est Philippe Etchebest, passionné de cheval et Chef du dîner de gala qui s'en est suivi, qui a remis les prix.
Ce dimanche, deux Grands Prix étaient au programme. Le GP 1* (1,35m) a récompensé la performance du toujours souriant cavalier espagnol montant pour Jean Miguel Prado-Lacoste, Jesus Garmendia, qui montait pour cette finale Rock In The Sunshine. La toute nouvelle résidente du centre équestre d'Ascain, et également toujours souriante Marie Demonte, pour la France, avait sellé un prometteur étalon de 9 ans nommé Tostaky De La Loue.
Le parcours initial du GP2* (145cm / prize money 30'000 euros), comptant pour le Longine Ranking List - classement mondial, a été très finement monté, alliant technique et options dans les contrats de foulées. Seuls 8 couples sur 55 s'en sont sortis sans point et dans les temps, se qualifiant ainsi pour le barrage.
Il y avait beaucoup à galoper dans ce barrage, et peu d'option pour couper. Jérôme Hurel, toujours en lice pour porter les couleurs de la France à Rio, et montant un Ohm de Ponthual impressionnant d'amplitude, a fait toute la différence entre l'avant dernier et le dernier obstacle, trouvant la ligne parfaite dans la conversion et grattant la victoire à l'anglaise Anna Power sur Blazer B pour trois dixième de seconde. Très belle troisième place pour la prometteuse espagnole Laura Roquet Puignero, 26 printemps, qui se battait tout de même dans la cour des grands avec son fantastique petit Quilate Del Turo.

J'aime 157

Réagissez