Jeudi 30 juin - 15h30

"Une grosse part de concentration récupérée", Kevin Staut

Kevin Staut, champion d'Europe 2009, utilise le kit de communication HorseCom depuis quelques mois seulement et voit déjà les avantages de cette nouvelle technologie :

"J’ai beaucoup discuté avec les créateurs de HorseCom sur les recherches effectuées pour mettre au point le dispositif. Je l’ai essayé sur Silvana au haras de la Forge dans un contexte avec du vent dans lequel elle peut parfois être un peu délicate. Elle s’est focalisée sur ce qu’elle entendait plutôt que sur des choses qui ne l’effrayaient pas vraiment, comme la porte du manège. Je pense que l’on récupère une grosse part de concentration et que cela l’oriente vers le travail recherché. HorseCom présente un fort intérêt pour les cavaliers Amateurs qui peuvent communiquer du stress à leurs chevaux. La musique va aider le cheval à rester concentré sur ses exercices. HorseCom présente également un intérêt à pieds avec des chevaux qui rencontrent des problèmes dans les transports, les soins, la maréchalerie. Cela peut soulager le cheval d’une pression particulière et faciliter les choses. À haut niveau, il y a énormément de chevaux de caractère qui posent souci lors de moments importants. D’ordinaire, nous sommes obligés de leur mettre un mors dur ou un tord-nez pour les maîtriser alors que nous n’en avons pas vraiment envie. HorseCom, ce n’est pas uniquement mettre de la musique dans les oreilles du cheval, ce sont des recherches qui ont permis de découvrir à quel volume, sur quel rythme il fallait l’utiliser. HorseCom m’a vraiment séduit sur ce plan, car l’équipe est entourée de chercheurs et scientifiques qui l’ont aidé à mettre au point un dispositif avec réflexion et pas dans la précipitation. Ce qui me plaît encore plus, c’est qu’au-delà du produit déjà mis au point, existent de multiples possibilités d’innovations grâce à lui et aux recherches réalisées. Nous sommes l’un des derniers sports à adopter les technologies connectées et je trouve passionnant et fascinant que les nouvelles générations s’y intéressent."

J'aime 164

Réagissez