Jeudi 28 avril - 11h15 | Marc Verrier

Pascal Cadiou : "Promouvoir la jeune génétique"

Dans une interview accordée pour Grand Prix TV, Pascal Cadiou, président du stud-book Selle Français, a insisté sur la volonté du Selle Français d’inciter à utiliser les jeunes étalons, afin d’améliorer le progrès génétique, ceci par le biais de primes.

« Le programme génétique à venir est basé sur le fait d’essayer de faire travailler les jeunes étalons. Pour plusieurs raisons. L’utilisation de la jeune génétique, avec une rotation rapide des générations, fait partie de ce schéma de sélection. Aujourd’hui, nous avons environ mille juments, sur dix-mille qui produisent en Selle Français, qui vont à la jeune génétique. Notre objectif, à terme, est d’inciter les éleveurs à utiliser ces jeunes étalons et qu’il y ait 30 % des juments qui aillent à la jeune génétique.
C’est ce que font nos amis et concurrents étrangers depuis toujours. Quand nous allons à Cornet Obolensky, eux utilisent déjà ses fils, voire petits-fils. Donc, il y a un progrès génétique qui se fait de manière plus rapide.
Comme nous ne voulons pas prendre de mesures contraignantes, nous le faisons par le biais de mesures incitatives, en renseignant du mieux possible les éleveurs sur les caractéristiques de chaque étalon. Pour cela, nous nous sommes associés à l’Association syndicale des étalonniers privés (ASEP), pour pouvoir encourager les éleveurs qui font confiance à la jeune génétique, en leur donnant des primes, qui peuvent aller jusque 500 €, lorsque leurs produits, qui sont issus de jeunes étalons, brillent dans les finales nationales de jeunes chevaux ou dans les concours d’élevage. Ces primes seront possibles grâce à une contribution des étalonniers, à hauteur de 12,50 € par produit issu de leurs jeunes étalons et inscrit au Selle Français, ce qui nous donnera une cagnotte de 70 000 €, qui sera intégralement reversée aux éleveurs.
Cette prime sera multipliée par 1,5 pour les juments qui ont des points PACE et vont à la jeune génétique. L’objectif, via ces mesures, est donc d’atteindre le chiffre de trois mille juments produisant en Selle Français, qui aillent à la jeune génétique. »

 

J'aime 117

Réagissez