Lundi 18 avril - 12h52

L'équipe OTTO brille à Rio

C’est comme si la flamme olympique était déjà allumée. Les compositions florales et le public qui acclame depuis les gradins, les chevaux qui piaffent et les juges, debout sur le bord de piste avec un air sérieux. "Tout était exactement comme vous l’auriez espéré pendant les vrais Jeux", explique Wolfgang Otto, de retour au siège de son entreprise, bronzé et satisfait. Cependant, il y avait une différence significative: l'événement test de trois jours à Rio de Janeiro, au Brésil, ne concernait pas seulement les chevaux et les cavaliers, mais aussi les entreprises en charge de la construction du stade.

Wolfgang Otto était tout sauf nerveux. Tout d’abord, ce n’est tout simplement pas son genre. Le PDG de la société allemande OTTO Sport est calme et terre-à-terre, d’autant plus que son équipe et lui étaient sur place durant les sept semaines précédant l’événement test. Il n’y avait donc aucune raison d’avoir peur des mauvaises surprises.

Ils étaient sur place lorsque les 2 500 tonnes de sable ont été expédiées vers le lieu de construction et lorsque les 16 000 mètres carrés de tapis perforés OTTO ont été installés. Ainsi, trois des cinq pistes commandées étaient prêtes dans les délais prévus.

Le premier jour de l'événement test, le maire de Rio en personne est venu voir le site. Les caméras de télévision ont filmé les cavaliers brésiliens et leurs chevaux présents pour le test, ainsi que les écrans qui affichent les notes données par les juges.
Cependant, un an avant que la course aux médailles ne commence sur les pistes OTTO, ni les célébrités, ni la performance sportive n’étaient au centre de l’attention. Tout ce qui comptait, étaient des questions telles que, "Combien de cavaliers pourront fouler la piste avant que la surface ait besoin d'être arrosée et nivelée? Combien de tracteurs, y compris les nouveaux OTTO Arena Levellers, seront nécessaires? Comment l'ensemble de la procédure d’entretien peut-elle avoir lieu sans perturber l'événement?"

Bien que ces questions puissent sembler sans importance, elles contribuent entièrement à la réussite d'un événement majeur comme celui-ci. Après tout, lorsque l’on court pour l'honneur olympique, le vingtième cavalier doit rencontrer la même piste, et dans le même état, que le premier. Ceci est possible grâce à l’entretien approprié des pistes. ‘’Pour moi, l'événement test était moins sur le contrôle du résultat final, que sur un essai de notre travail de maintenance’’, confie Wolfgang Otto. Sa conclusion: quelques tracteurs et niveleurs de plus, et rien ne fera obstacle à la concurrence loyale.
 

J'aime 109

Réagissez