Vendredi 25 mars - 22h20 | Pauline Chevalier

"La technique se calle bien", Serge Cornut

L’entraineur en charge du dressage a suivi essentiellement les quatre membres de l’équipe de France tout en observant les nouveaux couples français : " Je n’avais pas beaucoup de chevaux du groupe JO*JEM dont j’ai vraiment la charge. Quoriano, on le connait, il est spécial : soit très bon, soit très mauvais. Aujourd’hui, il a été entre les deux. Il est resté derrière son cavalier et a déroulé une reprise « petit bras ». Peut-être qu’Arnaud avait aussi un peu de pression car il était en tout premier de l’équipe et du concours. Gwendolen Fer avec Romantic Love ainsi que Nicolas Touzaint avec Crocket 30 ont fait un très bon travail. Il y a toujours des petits réglages à faire mais techniquement les chevaux ont encore évolué cet hiver. Cela est surtout remarquable pour Crocket qui n’est pas facile dans l’utilisation de son physique. Thomas Carlile et Sirocco du Gers ont montré un vrai potentiel. Le cheval a passé un cap lui aussi mais aujourd’hui, il y a eu un problème à la détente puisque nous nous sommes aperçu tardivement que le cheval n’était pas cramponné et donc la détente n’a pas pu être celle prévue. Le cheval fait deux fautes de rythme dans les allongements au trot ce qui le pénalise mais réalise un très bon travail au galop. Il faut toujours, comme je l’ai constaté à Saumur, finalisé nos protocoles de détente pour que chevaux et cavaliers soient plus détendus en entrant en piste. Certes, il y avait aussi la pression du premier international, la volonté de bien faire et en plus, nous n’avons pas été aidé par la juge autrichienne, bien au contraire.  Pour les autres couples qui, pour certains, débutaient à ce niveau, il y a encore des lacunes techniques notamment au niveau des changements de pieds. J’ai eu un coup de cœur pour Sarah d’Argouges la jument de Sébastien Cavaillon qui a un gros potentiel."
 

J'aime 131

Réagissez