Dimanche 07 février - 00h48 | Propos recueillis à Bordeaux par Sébastien Roullier

"Ça faisait longtemps...", Kevin Staut

Voici la réaction de Kevin Staut, lauréat du Grand Prix Coupe du monde de Bordeaux avec Rêveur de Hurtebise*HDC : "Ça faisait longtemps que je n’avais pas gagné un beau Grand Prix comme celui-là (depuis celui du Paris Eiffel Jumping en juillet 2014, ndlr). J’ai vécu une saison 2015 en demi-teinte... Mon cheval a vraiment très bien sauté ce soir. C’est évidemment de bon augure pour la suite. Rêveur est un cheval avec lequel je rencontre souvent des difficultés. Il est très bon, mais je ne parviens pas toujours à trouver l’harmonie avec lui. Ce soir, ce n’était pas si mal.
Avec lui, j’ai du mal à aller vite dans les barrages. Aujourd’hui, prendre la décision de jouer la victoire était un peu délicat dans la mesure où il me manquait quelques points pour la finale de la Coupe du monde, et que nous étions dix-sept au barrage. J’aurais pu essayer de jouer placé, mais honnêtement, tout s’est bien enchaîné. Rêveur a répondu présent dès le début du barrage, ce qui m’a donné confiance pour la suite et la fin. J’ai pris un peu de risques. Le parcours était intéressant et a dû offrir du beau spectacle au public. Je suis heureux que le dénouement ait joué en ma faveur.
Je ne sais pas si c’est la victoire d’une forme d’équitation, car je n’ai pas l’impression d’avoir changé grand-chose, si ce n’est d’embouchure, une énième fois, en début de week-end. Je crois que c’est une histoire d’énergie. Il me fallait absolument quelques points pour la finale (que Kevin montera avec Qurack de Falaise*HDC et/ou For Joy van’t Zorgvliet*HDC, ndlr). J’étais d’autant plus motivé que j’avais raté mon Grand Prix dimanche dernier à Zurich. Je ne sais pas d’où vient cette victoire, mais ce qui est sûr, c’est qu’elle me fait le plus grand bien. Je remercie d’ailleurs Simon de m’avoir obéi après que je lui ai demandé de me laisser gagner à son entrée en piste. Cela prouve l’harmonie qui règne au sein de cette équipe de France! (rire) Plus sérieusement, je cherche encore une forme de régularité, mais je prends cette victoire comme elle vient. Il était prévu depuis un moment que Rêveur reste deux mois sans concours après Bordeaux. Pendant cette pause, nous allons continuer à travailler avec Jean-Maurice Bonneau et toute l’équipe de Jump Five pour affiner et peaufiner des aspects techniques. En tout cas, j’espère que c’est un bon signal en ce début d’année olympique."

J'aime 170

Réagissez