Mercredi 30 décembre - 10h09 | Communiqué

Germain Levallois s'en est allé

Germain Levallois s’en est allé lundi. Il laissera un souvenir indélébile dans l’histoire de la grande famille de l’élevage et des sports équestres. Cet homme, pourtant discret, simple, effacé, a marqué les gens qui l’ont bien connu par sa bonté, sa sensibilité, son honnêteté sans faille, son sens aiguisé de la justice et sa volonté de ne jamais se mettre en avant, faisant toujours passer les intérêts des autres avant les siens. Pour le monde du cheval, il restera dans les mémoires comme un fin connaisseur en matière de chevaux de sport et un véritable Homme de cheval comme il en reste peu. Germain tirait cette connaissance de son propre père, Louis Levallois, lui-même dans le métier et duquel il a tout appris dès son plus jeune âge.

Le cheval est effectivement un pilier de cette famille. Plus qu’une passion, c’est l’essence-même de leurs vies. Cette connaissance de l’animal, transmise de génération en génération se révélera un atout indéniable et fera basculer le destin de la famille Levallois quand Germain se rendit un jour de 1977 chez Jules Mesnildrey pour acheter un certain Le Tot de Semilly ... L’éleveur ne voulait pas vendre ce poulain, mais c’est bien celui-là que Germain avait repéré et il dut négocier un lot entier pour l’obtenir.

Germain avait l’œil pour détecter les champion et Le Tot se révéla effectivement comme un sauteur hors-pair dès ses premiers parcours. Le fils de Germaun, Eric, qui commençait à se distinguer en CSO pour le plus grand bonheur de son père, récupéra rapidement Le Tot et ils débutèrent ensemble leur carrière internationale, couronnée d’une médaille d’or par équipes et d'une quatrième place individuelle aux championnats d’Europe Jeunes Cavaliers de Cervia.

Le Tot lança non seulement la carrière internationale d’Eric mais aussi celle d’étalonnier pour Richard, son frère, avec le haras de Semilly qui se profilait à l’horizon. La carrière d’étalon de Le Tot mit du temps à décoller, mais progressa régulièrement pour arriver à la fin parmi les meilleurs pères à l’échelon mondial, ayant produit notamment le fabuleux Itôt du Château et l'incroyable Diamant de Semilly, aussi performant en cheval de sport qu'en étalon, si bien qu'il fut sacré numéro un mondial des étalons de saut d'obstacles.

Les obsèques de Germain Levallois auront lieu cet après-midi, à 14h30, en l'église Notre-Dame de St-Lô.

J'aime 137

Réagissez