Mercredi 16 décembre - 09h49 | Camille Judet-Chéret

CDI-W Londres : même sans Valegro, Charlotte Dujardin l'emporte

Richard Davidson, ancien membre de l'équipe britannique et Kyra Kyrklund, célèbre entraîneur finlandaise basée au Royaume-Uni ont offert au public de l'Olympia un passionnant Master Class en introduction au Grand Prix de la Coupe du monde londonienne. À cette occasion, la cavalière du multi-médaillé Matador a rappelé les fondamentaux du dressage et donné quelques précieux conseils pour aborder piaffer, passage, pirouettes au galop et changements de pied au temps.
 
La première épreuve de cette étape Coupe du Monde a été remportée à domicile par la grande favorite Charlotte Dujardin en selle cette fois sur l'Uthopia de Carl Hester. À pas moins de quatorze ans, malgré une longue absence de la scène internationale et des sorties se faisant rares, l'étalon noir n'a pas perdu une once d'expression dans les allongements au trot et maintient en piste un sérieux hors du commun. La championne olympique, ouvrant le bal du Grand Prix, a obtenu un score final de 77.460% devançant son entraîneur et coéquipier Carl Hester avec 76.660%. Associé à Nip Tuck, ce maître incontesté du dressage mondial a fait une nouvelle démonstration de son génie. Le soin prêté à chaque transition et à chaque coin n'a d'égal que la rigueur illustrée dans les lignes de changements de pied, exemples parfaits de rectitude et d'amplitude. Si la Grande-Bretagne a trusté les deux premières places, le Néerlandais Hans Peter Mindehoud n'a pas démérité avec Glock's Flirt, un fils de Florestan de quatorze ans en signant un Grand Prix à 76.120%. Les six cavaliers complétant le classement se tiennent entre 73.120% pour la Suédoise Tinne Vilhelmson-Silfven, quatrième au général, et 70.460% pour la Britannique Lara Griffith, gagnante fin octobre du premier CDI 3* au Mans et huitième aujourd'hui à Londres. À la sixième place, le jeune Bonzanjo de seulement neuf ans a fait sensation sous les instructions de son cavalier champion d'Europe en titre par équipes, Diederik van Silfhout.
 
Malheureusement, pas un cavalier français à l'affiche cette année et pas de représentant tricolore non plus dans le cours de juge animé par l'internationale cinq étoile allemande Katrina Wüst devant quarante juges quatre étoiles venus du monde entier. Les spectateurs présents ce soir à l’Olympia ont eux aussi eu l'occasion de mettre des notes grâce à une application analysant les pourcentages attribués par le public et les comparant à ceux des cinq juges officiels. Suite à une étude statistique, l'individu le plus proche du pourcentage final réel a remporté un prix. Un exercice  intéressant de sensibilisation du plus grand nombre à la complexité du jugement ! 

J'aime 114

Réagissez