Dimanche 13 décembre - 22h32 | Propos recueillis à Genève par Sébastien Roullier

"Presque une victoire", Éric Lamaze

Voici la réaction d’Éric Lamaze, troisième du Grand Prix de Genève avec Fine Lady 5:

"Pour moi, c’est presque une victoire de me retrouver sur le podium de ce Grand Prix en compagnie de Steve (Guerdat) et Simon (Delestre). Je suis reparti en Floride depuis deux mois pour préparer mes chevaux à notre longue saison hivernale, et pour jouer au golf. À vrai dire, mon automne a été plutôt tranquille! Je suis arrivé ici avec le Paris Masters comme seul entraînement, donc je suis assez content de terminer troisième du Grand Prix!
Là, je vais rentrer en Floride où je vais passer l’hiver, comme d’habitude. Nous avons la possibilité de sauter beaucoup de Grands Prix, bien dotés qui plus est, et ce dès le mois de janvier. C’est pourquoi je donne toujours une bonne pause à mes chevaux après le Masters de Calgary. Dès janvier, nous aurons nos chevaux, mais aussi nos élèves à gérer, donc nous travaillerons à plein temps. En attendant, comme nous avons la chance de vivre à Wellington où les golfs ne manquent pas, je vais aussi en profiter pour continuer à jouer un peu pour progresser.
Fine Lady 5 est une jument qui a cœur énorme. Quand je reconnais un parcours tel que celui de ce Grand Prix, j’ai peine à croire qu’elle va pouvoir tout sauter, mais finalement, avec un peu d’élan, elle y parvient! Elle me donne tout, elle est fantastique. Je crois qu’elle a la capacité de m’accompagner aux Jeux olympiques, si nécessaire. Jusqu’ici, tout ce que je lui ai demandé à haut niveau, elle me l’a donné, et de très bonne manière. Pour l’instant, elle ne me dit pas que ce serait impossible. Au premier abord, je dirais qu’idéalement, j’aurais besoin d’un cheval plus puissant pour les Jeux, mais elle progresse beaucoup en termes de force et de moyens, et me montre qu’elle aurait assez de cœur pour le faire, donc ce n’est pas du tout impossible."

J'aime 152

Réagissez