Dimanche 06 décembre - 19h31 | Marion Mauger

“J'ai eu beaucoup de chance”, Patrice Delaveau

Voici la réaction de Patrice Delaveau, vainqueur du Grand Prix des Longines Paris Masters, en selle sur Lacrimoso 3*HDC :

"Pour gagner un Grand Prix comme celui-ci, il faut vraiment un bon cheval et de la chance. J'ai eu beaucoup de chance au barrage, j'ai touché deux ou trois obstacles. Mon cheval était un tout petit peu fatigué. Je suis passé en fin d'épreuve, il a pas eu assez de temps pour récupérer et il fait assez chaud ici. Quand je suis rentré en piste, j'avais un cheval qui n'était pas très frais. Mais comme c'est un crack, il s'est donné à cent pour cent, j'ai eu beaucoup de chance. Quand on passe en fin de barrage, on est avantagé. Je savais exactement ce qu'avait fait Simon, je savais qu'il avait fait sept foulées du un au deux. Son cheval n'est pas très grand, il se faufile un peu partout, mais je savais qu'il n'a pas une grande action donc j'avais conscience que c'était le seul endroit où je pouvais gagner du temps. Mes deux coachs, Jean-Maurice Bonneau et Philippe Guerdat, ne voulaient pas que je fasse six foulées du un au deux. En entrant en piste, cela en me plaisait pas trop de faire sept foulées donc j'ai pris le risque. C'est ici que j'ai pris une seconde d'avance et j'ai gardé cette seconde tout le reste du parcours. Ce qui m'embête le plus dans cette victoire, c'est que, quand je suis allé à Los Angeles, Chistophe Ameeuw n'arrêtait pas de dire qu'il ne fallait pas que John Whitaker gagne et, ce week-end, il nous disait qu'il ne fallait pas que Marco Kutscher gagne (si un cavalier gagne consécutivement les trois étapes du circuit, il empochera un bonus d'un million d'euros, ndlr). Du coup, à Hong Kong, ce sera moi ! (rires)"

J'aime 122

Réagissez