Samedi 05 septembre - 16h18 | Communiqué

La FNEPE soutient la manifestation du 7 septembre

Dans un communiqué publié cet après-midi, la Fédération nationale des éleveurs professionnels d’équidés se joint à la manifestation des agriculteurs européens qui aura lieu 7 septembre à Bruxelles. Voici le communiqué de la FNEPE en intégralité :
"L’objectif est de faire rouvrir le dossier sur la fiscalité du cheval par la Commission européenne. La décision prise par la l’Europe de soumettre l’ensemble de la filière cheval à un taux plein de TVA est une catastrophe économique pour l’ensemble de la filière française et européenne. Le secteur des courses doit faire face à une baisse du nombre de propriétaires engendrée par la forte hausse du prix des pensions de travail, ce qui entraîne de grandes difficultés pour les entraîneurs à se faire payer les pensions. Les centres équestres ont quasiment tous une trésorerie dans le rouge, tandis qu’un grand nombre d’entreprises situées en zone rurale sont au bord du dépôt de bilan. Quant à l’élevage, c’est purement une hécatombe avec 50% de baisse de la reproduction en France. La moitié du cheptel Français qui ne reproduit plus, cela signifie que d’ici environ trois ans, nous allons manquer de chevaux ; le pays leader mondial du cheval n’aura plus les moyens d’avoir suffisamment de chevaux pour son usage personnel, sans parler d’exportation !
Cette mesure fiscale, bien qu’elle ne soit pas la seule en cause, est la plus nocive pour cette filière qui fonctionne sans subvention et qui, même aujourd’hui, est encore capable de créer de l’emploi. Nous avions demandé au gouvernement français de mettre en place une vraie politique européenne du cheval. Cette demande est restée lettre morte. Notre ministre de tutelle n’a aucune vision d’avenir, que se soit pour la filière cheval comme pour les autres filières agricoles ; nous en avons la démonstration ces jours-ci. Il achète le silence à coup de millions d’euros, ce qui aboutit à remplir d’eau un seau percé, mais ne résout aucun des problèmes de fonds. C’est donc la mise en place de cette politique que nous allons demander à Bruxelles avec le soutien de nombreux eurodéputés.
Dans cette démarche, notre syndicat a lancé un appel aux filières cheval des autres états membres. Cet appel a été entendu puisque nous serons rejoints par la Belgique, l’Italie et les Pays-Bas."

J'aime 125

Réagissez