Jeudi 03 septembre - 14h40 | Communiqué

Charles Barbot honoré par ses proches

Charles Barbot honoré par ses proches

Charles Barbot était ici aux côtés de son fils Benjamin lors d'une remise des prix aux championnats de France.
Crédit : FFE

Dans un communiqué envoyé cet après-midi, ses proches tiennent à rendre hommage à Charles Barbot, décédé mardi chez lui en Normandie, « afin que ses anciens élèves, amis, collègues… puissent en être informés et ainsi venir lui rendre hommage mardi prochain ». Voici cet hommage en intégralité.
 
"Charles Barbot nous a quittés mardi au cours de l’après-midi alors qu’il s’occupait de ses poulains dans les herbages du haras du Bec, à Livet-sur-Authou. 
Père de Marie-Christine, Philippe-Charles et Benjamin, qu’il a tous trois formés et accompagnés dans les plus beaux concours, il était, en outre, propriétaire, avec son épouse Françoise, du centre équestre du Bec-Hellouin qu’il avait fondé en 1947, au cœur de la Normandie qu’il affectionnait tant, et dont il fut un grand acteur des années durant. Président du comité régional de tourisme équestre de Normandie (CRTE), organisateur de randonnées (la "Chevauchée du Roi Richard"), de concours nationaux et de championnats régionaux, il a su transmettre sa passion et former bon nombre d’acteurs contemporains de la filière équine. 
Éleveur de chevaux de sport, il a notamment fait naître Ibis du Bec, champion d’Europe Poneys. Beaucoup évoquent à son sujet le terme de "maître à penser", ou de "mentor". En effet, son caractère volcanique faisait de lui un homme d’influence. Personnage haut en couleurs, ce passionné au grand cœur savait rassembler et fédérer par son grand esprit de camaraderie et de convivialité. 
Nous aimons à nous souvenir de lui, au milieu de sa carrière, entouré de ses chevaux de cœur (Business, Happy et d’autres) et des cavaliers qu’il faisait travailler régulièrement, donnant une leçon d’histoire à ses élèves ébahis, arrêtés en cercle autour de lui, la bouche en cœur, alors qu’il leur expliquait avec ferveur, en gesticulant d’agacement, l’importance des grands maîtres de l’équitation tels que Baucher, L’hotte, Jousseaume, déplorant un tel manque de culture, pourtant indispensable hier, aujourd’hui et demain ! Il faut dire qu’il avait été à bonne école... Formé au Haras du Pin, puis chez maître Jean Couillaud, il a reçu un enseignement traditionnel strict et pointu qu’il a essayé de transmettre inlassablement à ses élèves jusqu’a son dernier jour."

Un dernier hommage lui sera rendu lors d’une cérémonie religieuse le mardi 8 septembre à 14h30 en l’église du Bec-Hellouin.

J'aime 133

Réagissez