Vendredi 28 août - 10h16 | Johanna Zilberstein

Andreas Helgstrand, des photos qui interrogent

Andreas Helgstrand, des photos qui interrogent

Crédit : Crispin Johannessen

Andreas Helgstrand est à nouveau dans la tourmente depuis que le site Epona.tv a publié des photos prises lors du CDIO 5* de Falsterbo, en juillet dernier, qui montre sa jument Toerveslettens Stamina le nez dans le poitrail à l'échauffement. ’’Durant l’échauffement à Falsterbo, nous avons à nouveau dû faire face à des photographes debout qui se penchaient sur nous approchant leurs appareils photo très près de Stamina et moi. Ils ont pris énormément de photos par secondes, ce qui a provoqué du bruit’’, a expliqué le dresseur danois sur les réseaux sociaux. ’’À cause de ce bruit et du comportement des photographes, Stamina et moi étions assez tendus. Je me suis arrêté devant le plus persistants des photographes et j’ai poliment demandé s’il était vraiment nécessaire de prendre autant de photos de nous. Il m’a répondu que je devrais me concentrer sur ma détente et m’occuper de mes affaires ! Avec les outils de photographie modernes, il est très facile de prendre beaucoup d’images à la seconde et de faire paraître un cavalier ou un cheval fantastique ou désespéré, simplement parce que l’on ne voit qu’une infime partie d’un mouvement, spécialement pendant la détente, qui peut être influencée par de nombreux facteurs. De plus, les photographes ne sont pas légitimes pour juger de la qualité d’une monte.’’

’’À Helgstrand Dressage, nous éduquons et montons tous nos chevaux dans le but de les amener au meilleur niveau possible. Nous sommes des athlètes et nos chevaux aussi. La force ou la violence sont contre-productifs et vont à l’encontre de nos valeurs fondamentales’’, a poursuivi Andreas Helgstrand. ’’Nous nous entrainons et concourons selon les règles de notre sport. Je suis triste que voir que certains médias souhaitent apparemment me harceler, mon équipe et moi, et cela me rend triste de voir que certaines personnes supportent publiquement ces actions. Toutefois, cela ne va pas changer nos valeurs, nos objectifs et notre travail avec des chevaux talentueux, qui nous sont confiés afin de les monter, les éduquer et les développer.’’
 

 Du côté de la Fédération équestre internationale, Sabrina Zeender, Secrétaire générale de l'instance internationale, a reconnu prendre le problème très au sérieux. ’’La FEI trouve ces images extrêmement dérangeantes. Nous sommes très concernés par cet incident et nous allons enquêter sérieusement’’, a-t-elle expliqué. ’’Nous avons déjà contacté le Steward en chef de Falsterbo afin de lui demander un rapport complet sur cet événement, en plus du rapport d’événement qui a déjà été envoyé à la FEI. La federation danoise nous a également informé qu’elle allait enquêter et demander un rapport à Andreas Helgstrand et au Steward de la FEI.’’ 

’’Le comité de dressage de la FEI est en train de chercher un moyen de s’assurer que les règles soient plus à même de protéger le bien-être des chevaux et soient plus appliquées par les officiels’’, a-t-elle détaillé. ’’Nous discuterons des solutions la semaine prochaine, lors d’une réunion du Comité de dressage. Nous organiserons également une réunion avec les différentes parties, dont les représentants des cavaliers, les entraineurs, les officiels et les clubs d’organisateurs. Ce sera le point de discussion principal de ces réunions. Le bien-être du cheval est le cœur de tout ce que nous faisons et nous ne pouvons tolérer de mauvaises interprétations des règles – délibérées ou non – par quelconque membre de notre communauté.’’

J'aime 120

Réagissez