Jeudi 30 juillet - 15h42 | Marie de Pellegars-Malhortie

Une nouvelle recrue pour Abdelkebir Ouaddar

Chaque week-end les meilleures cravaches de la planète se retrouvent sur les plus beaux terrains du monde à la quête de victoires au plus haut niveau. Outre le talent, le travail et l’expérience, la réussite tient aussi à un piquet fourni de chevaux afin d’être sans cesse au rendez-vous. Jusqu’alors, Abdlekebir Ouaddar ne disposait que de son pétillant Quickly de Kreisker mais, il y a une semaine Sa Majesté le Roi Mohammed VI a choisi d’investir pour épauler l’incroyable bai. Saphir du Talus a ainsi rejoint la base marocaine à Bois-le-Roi, chez la famille Rozier. Ironie du sort, ce crack, également fils de Diamant de Semilly, s’est révélé sous la selle de Benjamin Robert, Français désormais installé en Belgique, formateur de Quickly ! De même, l’étalon de neuf ans appartenait jusqu’alors à Monsieur Porporato, copropriétaire avec Liliane Fromer du champion marocain.
 
« Nous avions été voir Saphir en février 2014 en Italie et nous l’avions adoré. En novembre, le cavalier de Monsieur Porporato s’est blessé donc Saphir est arrivé à la maison. Cet hiver je l’ai emmené sauter des petites épreuves en intérieur, ce qu’il a fait avec brio. Le sentiment dessus était déjà incroyable, je sentais qu’il avait énormément de moyens et de qualité. Il a participé à son premier international au mois de mars lors du Z-Tour à Lanaken. Il a réalisé deux parcours parfaits et avec la manière. Ensuite nous avons enchaîné avec les CSI de Chantilly et Bonheiden où il s'est très bien comporté dans les épreuves majeures. Saphir a un très bon mental, un super galop toujours très engagé, des moyens hors-normes et énormément de respect. Le seul défaut qu’il a, qui n’en est pas un d’ailleurs, est qu’il manque quelque peu d’expérience. Avant d’arriver chez moi, il sautait 1,30m avec un amateur en Italie.
Évidemment j’aurais préféré le garder mais, en début d’année nous l'avons acheté dans l’objectif de le vendre. J’ai manqué des sélections dans quelques beaux concours et cela m’a d’autant plus incité à le vendre. J’ai peu de doutes sur la réussite du couple qu’il formera avec Kebir. Nous voulions vraiment que Saphir arrive dans une bonne maison et Kebir aime vraiment ses chevaux. C’est une belle histoire de vendre un deuxième cheval à Kebir, et qui plus est un deuxième Diamant ! »
, détaille Benjamin Robert.
 
Marcel Rozier, entraîneur du cavalier marocain, avait repéré l’étalon depuis son plus jeune âge : « J’avais repéré ce cheval à trois ans alors qu’il était en France. Il a ensuite été vendu en Italie où il a réalisé sa formation tranquillement jusqu’à ses huit ans. Lorsqu’il est arrivé chez Benjamin, en Belgique, je l’ai suivi. Nous avons finalement essayé le cheval plusieurs fois, j’ai eu un vrai coup de cœur. Saphir a des moyens impressionnants. L’idée est de soulager Quickly. J’aurais aimé trouver un cheval prêt à s’élancer sur les plus gros parcours mais c’est très compliqué car les chevaux que nous aimions n’étaient pas à vendre ou très chers. Saphir et Kebir participeront ce week-end au CSI 5* de Dinard sur des épreuves intermédiaires pour qu’ils se découvrent. Cette année sera consacrée à la formation du couple afin d’amener Saphir progressivement au plus haut niveau pour l’année prochaine. Je pense qu’il participera à ses premiers Grands Prix cet automne durant la tournée marocaine. Il devrait courir ceux de Tétouan et Rabat pour que Quickly se repose et reprenne à El Jadida afin de préparer le CSI 5* de Lyon. »

J'aime 113

Réagissez