Mardi 23 septembre - 11h25 | Daphné G

La FFE engagée pour la santé et la sécurité

Vendredi 12 septembre dernier, s’est déroulé un symposium sur la santé et la sécurité des professionnels hippiques à Tours, auquel a participé la Fédération française d’équitation. Organisée par l’Institut National de Médecine Agricole (INMA) en collaboration avec Fanny Bourgoin 'Cheval Art et prévention', cette journée a été l’occasion d’aborder les évolutions et les enjeux socio-économiques de la filière hippique, en présence des représentants du Ministère de l’Agriculture, de la Mutualité Sociale Agricole (MSA), de l’Institut du Cheval et de l’Équitation (IFCE) et de l’AFASEC (Association de Formation et d'Action Sociale des Écuries de Courses).

Ces dernières années, la typologie des professionnels du secteur s’est transformée et la féminisation des métiers apporte de nouvelles problématiques, notamment sociales. Les progrès des équipements et des infrastructures ont permis l’allégement des contraintes physiques et la minimisation des risques inhérents aux pratiques équestres et à l’activité des professionnels du secteur.

Pour ce qui concerne les établissements équestres, les risques professionnels identifiés sont liés à la manipulation des chevaux ou du matériel en situation d’encadrement, à la pratique sportive et aux chutes lors du travail monté ou encore aux travaux agricoles (conduite d’engins, maniement des fourrages, utilisations d’outils, etc.).

Pour prévenir et amoindrir ces risques, la Fédération française d’équitation a mis en place un certain nombre d’actions.

Engagée dans une démarche qualité, la FFE délivre aux établissements des labels, dont celui d’'école française d’équitation', reconnaissant la qualité des infrastructures équestres. Le cahier des charges inclut des éléments liés à la sécurité dans les zones d’accueil, les aires de pratiques et les écuries.

La formation des cavaliers qui deviendront pour certains les professionnels de demain est importante. Ainsi, le programme des Galops fait une place essentielle à l’apprentissage des règles de sécurité à cheval et à pied.

Le développement de l’éthologie a permis de faire évoluer les pratiques pour le dressage des chevaux. Des animaux bien éduqués, en bonne santé physique et mentale, contribuent à améliorer la sécurité de ceux qui les côtoient.

Enfin, les conditions de travail se trouvent considérablement améliorées par l’évolution des infrastructures, la mécanisation et l’automatisation des tâches qui réduisent les efforts physiques.

(Source communiqué)

J'aime 117

Réagissez