Lundi 10 juin - 12h04 | Propos recueillis par Lucas Tracol

Vainqueur à Bramham, Vendredi Biats fait la fierté de son éleveur français

Le mag

GRANDPRIX #113 GRANDPRIX n°113 FÉVRIER

GRANDPRIX #113

(GRANDPRIX n°113 FÉVRIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter

En s’imposant dans le CCI 4*-L de Bramham le week-end passé sous la selle de la Britannique Kitty King, Vendredi Biats a fait le bonheur de Philippe Brivois, son éleveur. Installé dans le Perche, ce dernier a évoqué l’histoire du gris de dix ans pour GRANDPRIX : 

“Vendredi est un fils de Winningmood van Arenberg, né chez nous il y a dix ans. À sa fin d’année de quatre ans, William Fox-Pitt m’avait demandé de l’emmener chez lui, au mois de décembre. C’était un cheval très délicat, dont le débourrage avait été raté chez un cavalier français auquel je l’avais laissé six mois. William a mis un de ses grooms sur son dos, mais il est monté à 2,5m de haut tant le cheval était survolté. Il a alors été confié à Lucy McCarthy (l’épouse du double médaillé d’argent des Jeux équestres mondiaux de Tryon Padraig McCarthy, ndlr). Deux mois après, Vendredi était déjà revenu un peu dans le droit chemin, et c’est là que Kitty King l’a essayé. Elle est restée dix minutes sur son dos et a dit « il est génial, je le prends ! » C’est une vraie chance qu’il soit arrivé chez elle. Elle prend le temps de le comprendre et il le lui rend bien.

Vendredi a une qualité de saut extraordinaire, particulièrement grâce à son origine paternelle. Il ne brosse pas les haies, mais il les saute. Oslo faisait la même chose avec William Fox-Pitt (également né chez Philippe Brivois, le bai aujourd’hui âgé de dix-sept ans s’était notamment classé premier et deuxième des championnats du monde des chevaux de six et sept ans, avant de remporter notamment le CCI 5* de Pau en 2011, ndlr).” 


 

J'aime 167

Réagissez