Jeudi 13 septembre - 04h14 | À Tryon, Sébastien Roullier

Jean-Philippe Francès : ''Ça me désole''

Jean-Philippe Francès : ''Ça me désole''

Crédit : Scoopdyga

Le mag

GRANDPRIX #99 GRANDPRIX n°99 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #99

(GRANDPRIX n°99 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter

Voici la réaction de Jean-Philippe Francès, troisième au classement provisoire avec Tarzibus avant  l’invraisemblable annulation de la course d’endurance des Jeux équestres mondiaux de Tryon: 
"Notre sport est en train de changer fondamentalement, et il est géré par des personnes sous influence ou pas suffisamment compétentes. Toute la semaine, nous avons évolué dans des conditions déplorables. Ce matin, les officiels n’ont pas été capables de donner véritablement le départ de cette course, ce qui n’est quand même pas si compliqué... Nous avons été plusieurs cavaliers influents à demander à ce que cette course soit annulée parce que cela n’avait pas de sens de continuer avec des chevaux n’ayant pas couru la même distance, avec des différences de plusieurs kilomètres. Le temps de repos demandé n’a pas été équitable pour tous les concurrents. Ce n’était déjà plus un championnat du monde. Mais la FEI ne nous a pas écoutés... Après, nous nous doutions que cela se terminerait en catastrophe, et c’est malheureusement ce qui s’est passé.
Nous avons fait courir nos chevaux pour rien. Nous avions des chances de médaille... Tarzibus est un cheval très spécial. Malgré les sommes énormes qu’on nous a proposées pour l’acheter, ce qui fait probablement de lui le cheval le plus coté de l’histoire de notre discipline, Sabrina (Arnold, championne d’Europe avec lui l’an passé à Bruxelles, ndlr) et moi avons fait l’effort de le conserver avec ce seul objectif en tête. Et ça se termine comme ça...
En ce qui me concerne, quels que soient les résultats, j’avais pris la décision de mettre un terme à ma carrière internationale. Franchement, ça me désole de la terminer de cette manière... Je verrai dans les jours à venir, à froid, ce qu’il en sera.
Je pense aussi au sponsor de cette course (Meydan, société détenue par la famille al-Maktoum, régnante de l’émirat de Dubaï, dont trois membres composaient l’équipe émiratie aujourd’hui, ndlr), qui a donné suffisamment d’argent aux organisateurs pour que nous puissions concourir dans de bonnes conditions, ce qui n’a pas été le cas du tout. Et enfin, c’est désolant pour notre discipline, qui était déjà montrée du doigt depuis plusieurs saisons. Là, nous avons touché le fond...»

J'aime 153

Réagissez