Lundi 21 juillet - 18h12 | Marie de Pellegars

CAIO Aix : réactions de Quentin Simonet

Au lendemain du CAIO d’Aix-la-Chapelle, où la France a terminé quatrième alors que Benjamin Aillaud a remporté les deux épreuves de maniabilité, Quentin Simonet, conseiller technique national de l’attelage a livré à GrandPrix-Replay ses impressions :

'Je tire un bilan très positif de cette compétition. Il y a eu de très belles performances comme celles de Benjamin Aillaud en maniabilité et en marathon. Le concernant, les épreuves de dressage (celle comptant pour l’individuel et celle comptant pour l’équipe) ont montré un important progrès de son team qui n’évolue à ce niveau que depuis un an. À la vue de son potentiel et de celui de ses chevaux, il peut néanmoins mieux faire. Mais on ne peut pas aller plus vite que la musique. L’évolution est déjà grande. Avant les Jeux équestres mondiaux FEI Alltech 2014 en Normandie nous allons peaufiner le tout. Après avoir remporté la maniabilité du concours de Lähden en Allemagne il y a quinze jours, il a réitéré sa performance lors de la première maniabilité. C’est une performance très importante puisqu’il a devancé les meilleurs meneurs mondiaux d’autant plus qu’il a remporté la seconde épreuve de maniabilité après un barrage contre Michael Brauchle. L’objectif du marathon était d’essayer de jouer parmi les meilleurs sans pour autant prendre de risques démesurés car ce n’était qu’une étape en vue de l’échéance normande. L’épreuve s’est très bien déroulée. Les chevaux de Benjamin ne sont pas les plus puissants du circuit mais il a réussi à maintenir l’attelage jusqu’au bout.

Stéphane Chouzenoux a présenté deux reprises de dressage propres mais manquant de rythme et d’expression alors qu’il dispose de chevaux avec un potentiel de locomotion parmi les meilleurs attelages au monde. Cela nous permet de tirer un constat intéressant qui lui permettra de réaliser les derniers réglages. Le marathon n’est pas le point fort de Stéphane d’autant plus que les chevaux sont jeunes à ce niveau. Il a donné une performance correcte. Le marathon d’Aix-la-Chapelle est l’un des plus durs au monde, il est déjà bien de parvenir à le terminer sans changer d’option et sans réaliser de voltes. Son premier parcours de maniabilité a été propre mais il a manqué de rythme et a donc été pénalisé par le chronomètre. L’objectif sur la deuxième maniabilité était de réussir à imposer un rythme plus soutenu. Il a bien réussi l’exercice sur le premier tiers du parcours mais a ensuite perdu en précision causant la chute de quelques balles. Il faudra améliorer ce point-là. Il en est capable car il l’a déjà montré par le passé.

Pour Sébastien Vincent, Aix-la-Chapelle était sa première échéance de ce niveau. Il avait participé à la Coupe des nations de Saumur mais cela n’a rien à voir avec ce rendez-vous allemand. C’est un des seuls de la longue liste à n’avoir pas encore pris part à un grand championnat. Notre objectif était de le mettre en situation afin qu’il aborde les Jeux avec davantage de connaissances et d’expérience. Il déroule des reprises de dressage propres même si le meneur et les chevaux doivent pouvoir mieux fonctionner. Ils en sont capables car ils le montrent à l’entraînement ou lors de concours de plus petit niveau. En marathon il a présenté une performance correcte. En maniabilité il est en deçà de ce que nous attendons. Il a eu un souci sur la seconde maniabilité car ses guides se sont coincés dans l’attelage. Il a perdu du temps en s’arrêtant pour les remettre et a donc pris davantage de risques pour terminer dans le temps.

Dans l’ensemble le bilan est positif. Grâce à ces performances, les juges et meneurs étrangers ont pris conscience de la montée en puissance des Tricolores. Nous repartons pour la dernière étape de préparation en Allemagne à Riesenbeck avec d’autres meneurs avant de nous rendre du 21 au 31 août en stage de préparation à l’hippodrome de Lisieux. Il reste des choses à améliorer, principalement sur le dressage où nous avons encore des points à gagner. Sur le marathon et la maniabilité il faut que les meneurs soient capables de répéter les performances de très haut niveau. Parler de médaille aux Jeux n’est pas forcément adapté. Nous faisons partie du groupe de nations qui se situera aux pieds du podium. Pour cela, le jeu aura lieu notamment entre la Suède, la Belgique et la France. Les trois nations fortes sont les Pays-Bas, l’Allemagne et la Hongrie mais le jour J tout peut arriver. Nous ne partons pas sans idée derrière la tête grâce notamment aux récentes performances qui donnent de la confiance aux teams'.

MPM 

J'aime 114

Réagissez