Dimanche 04 février - 00h31 | Propos recueillis à Bordeaux par Sébastien Roullier

Pieter Devos : “Plus j’avançais, plus le dernier vertical semblait s’éloigner”

Le mag

GRANDPRIX #96 GRANDPRIX n°96 MAI

GRANDPRIX #96

(GRANDPRIX n°96 MAI)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter

Voici la réaction du Belge Pieter Devos, vainqueur du Grand Prix Coupe du monde Longines de Bordeaux avec Espoir : “Oui, ma dernière ligne était risquée, mais quand on veut gagner à ce niveau, c’est obligatoire. Et à vrai dire, retirer une foulée dans la première ligne m’a semblé techniquement bien plus risqué. Comme j’ai perdu un peu de temps après l’oxer 9 en milieu de barrage, j’ai voulu en récupérer dans la dernière ligne. J’ai vu la distance de loin, et puis plus j’avançais, plus ce dernier vertical semblait s’éloigner, mais j’ai heureusement, réussi mon pari, alors je suis très heureux.
Je suis d’autant plus ravi que je suis désormais qualifié pour la grande finale de Paris, et ce avec trois chevaux (Apart, Claire Z et Espoir, ndlr), qui m’ont tous permis de marquer des points sur ce circuit. Cela montre que je me suis construit une véritable écurie de haut niveau. Je peux désormais espérer vivre une belle année 2018.”

J'aime 125

Réagissez