Mercredi 31 janvier - 11h15 | Lucas Tracol

CSIO Rome : “Travailler avec l’autonomie nécessaire”

CSIO Rome : “Travailler avec l’autonomie nécessaire”

Crédit : CSIO Rome

Le mag

GRANDPRIX #95 GRANDPRIX n°95 AVRIL

GRANDPRIX #95

(GRANDPRIX n°95 AVRIL)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter

Alors que nous vous annoncions hier la sortie de Rome du calendrier de la Coupe des nations Longines, l’équipe organisatrice a tenu à expliquer cette décision. Du 23 au 27 mai, le concours italien ne fera en effet plus du circuit de la Fédération équestre internationale, afin de bénéficier d’une indépendance dans l’organisation plus importante.
“Le comité organisateur a fait le choix de ne pas confirmer la tenue du CSIO de Rome dans le circuit de la Coupe des nations Longines. Les objectifs du projet lancé par le Comité olympique national italien (CONI) et la Fédération italienne d’équitation (FISE) l’an passé sont très importants. Le concours fera tout son possible pour réaliser un évènement unique dans le calendrier mondial de sports équestres, et pour cela, il est nécessaire de travailler avec l’autonomie nécessaire à la prise de décisions liées à cette organisation (compétitions, dotations, programme, sponsoring, etc.).”
 
Par ailleurs, le projet lance par le CONI et la FISE vise à combiner l’excellence sportive à la protection de la Villa Borghese. En mai, la magnifique piste romaine reverdira puisque le sable redonnera place à la pelouse, la surface d’origine qui avait été remplacée en 2007. Le retour à cette configuration historique de la Piazza di Sienna n’empêchera pas la tenue d’une Coupe des nations, que les organisateurs comparent déjà à celles d’Aix-la-Chapelle et Calgary. Pour l’équipe du CSIO de Rome, l’objectif est clair : devenir aux sports équestres ce que Wimbledon est au tennis. Pour cela, la dotation globale a été revalorisée à 800 000€.

J'aime 138

Réagissez