Mardi 16 janvier - 10h05 | Lucas Tracol (avec communiqué)

Les meneurs français en stage de préparation

Le mag

GRANDPRIX #96 GRANDPRIX n°96 MAI

GRANDPRIX #96

(GRANDPRIX n°96 MAI)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter

Le Parc équestre fédéral de Lamotte-Beuvron a accueilli du 11 au 14 janvier un stage réservé aux meneurs de l’équipe de France. Encadré par Félix-Marie Brasseur, entraîneur national, ce stage s’inscrit dans la préparation pour les Jeux équestres mondiaux de Tryon (USA) pour les attelages à quatre et le championnat du monde pour les attelages solo de Kronenberg (NED). 
 
Pour la troisième fois cet hiver, les meneurs se sont retrouvés au Parc équestre fédéral autour du staff tricolore. L’occasion de poursuivre la préparation avant la reprise des compétitions prévues début mars à Lisieux (14). 
À l’occasion du stage, le programme s’est axé sur un programme réparti sur les trois tests : dressage, marathon et maniabilité. Un suivi vétérinaire a également été poursuivi avec Virginie Coudry. Le tout réalisé dans une ambiance studieuse et conviviale. 
 
Thibault Coudry, meneur de l’équipe de France, attelage à quatre : Ces stages sont super car ils nous permettent d’être en situation de compétition. Le cadre est idéal notamment grâce aux obstacles de marathon. Ça nous permet d ’être plus performant car l’hiver c’est toujours compliqué de travailler ce test. Personnellement, j’ai changé de chevaux il y a quelques mois. J’ai récupéré les chevaux de Bernard Grimonprez qui évoluaient avant avec Maxime Maricourt. C’est un beau chal-lenge de repartir avec un nouvel attelage mais les chevaux sont expérimentés. Ces stages de préparation sont donc très précieux pour nous, afin d’apprendre à se connaître mais ils ont du sang et beaucoup d’activité ce qui est bien à la fois pour le dressage et le marathon.”
 
Quentin Simonet, Conseiller technique national en charge de l’attelage : Depuis le mois de novembre, les stages vont crescendo dans le travail opérationnel. On se rapproche peu à peu des conditions de concours. La connaissance des chevaux au fil des ans nous permet de gagner du temps, on rentre plus rapidement dans le vif du sujet. L’intérêt pour nos meneurs de venir au Parc équestre fédéral c’est aussi de bénéficier de la présence d’intervenants extérieurs qui leur donnent des axes de travail lorsqu’ils sont chez eux.”
 
Felix-Marie Brasseur, entraîneur national : “Ce travail d’hiver est primordial et tous les meneurs en prennent conscience. Grâce au travail effectué en amont par l’équipe fédérale il règne aujourd’hui un véritable esprit d’équipe. Ces stages nous permettent aussi de travailler plus en profondeur sur chaque cheval, notamment au niveau de la locomotion. Les quelques points qui nous séparent encore d’un podium européen ou mondial se jouent sur le dressage, donc on sait ce qu’il nous reste à faire.”
 
Marion Vignaud, meneur de l’équipe de France, attelage solo : Les conditions sont optimums. Je suis venue avec mes deux chevaux de tête, Winston W et First Quality. Avec ce dernier, qui manque d’expérience, l’intérêt était de pouvoir travailler le marathon. Maintenant la saison va m’apporter des réponses sur quel cheval compter dans la perspective d’une sélection pour le championnat du monde !”

J'aime 156

Réagissez