Mardi 05 septembre - 14h46 | Sébastien Roullier

“Une décision de plus en plus inévitable”, Pascal Boutreau

Alors qu’on a appris ce matin la fin de l’aventure Equidia Life, la chaîne du cheval lancée en septembre 2011, Pascal Boutreau, rédacteur en chef adjoint d’Equidia en charge des sports équestres, a pris la parole sur son blog. Il évoque notamment les conditions qui ont conduit à cette décision:

“Depuis plusieurs mois, cette décision radicale semblait de plus en plus inévitable. Un modèle économique coûteux, avec des grosses dépenses (budget de 7 millions d’euros par an, mais on aurait pu faire avec moins) et des rentrées d’argent très limitées (un peu de pub et quelques abonnements pour la version digitale). Entièrement financée par les sociétés de courses (France Galop, le Trot et le PMU), la chaîne avait vu le jour dans un contexte favorable. La situation économique a changé et aujourd’hui, les maisons mères ne peuvent plus ou ne veulent plus supporter ces dépenses. Il aurait fallu changer de modèle économique, probablement rendre l’accès à la chaine payant, mais aujourd’hui il est trop tard. Pas question de "refaire le match", de faire des procès et de tomber dans le "il aurait fallu faire ça, ne pas faire ça", etc. Ce serait trop facile après coup, sans doute pas complètement objectif car nous avons chacun notre opinion sur des erreurs commises ou non, en fonction de notre position et de notre service. Et puis surtout, ce serait inutile. Il n’y aura donc plus de sports équestres sous l’étiquette Equidia.

Attention aussi à ne pas se laisser avoir par les réseaux sociaux. Nul doute que les messages seront nombreux pour regretter cette décision. Bien évidemment cela fait plaisir. Donc merci. Vraiment. Ces messages donneront l’impression que le monde entier regardait Equidia Life. Je connais nos audiences, et si une minuscule partie du monde avait regardé, ça se saurait... Les donneurs de leçons ne manqueront pas non plus, ceux qui ont un avis sur tout, surtout un avis, mais qui ne connaissent pas toutes les contraintes et n’ont pas 10% des données de gestion d’une telle chaine.

Je ne fais pas partie de ceux qui estiment que la Fédération française d’équitation devrait financer une telle chaîne. Si les 600 000 licenciés de la fédé s’intéressaient à Equidia, ça se verrait dans les audiences. Et nous sommes loin, très, très loin même de ces chiffres. Comment donc demander à des gens qui ne connaissent pas la chaîne ou tout simplement qui ne s’y intéressent pas de la financer? En tant que licencié d’autres fédérations, ça m’embêterait de payer pour quelque chose qui ne me concerne pas... Au mieux, une collaboration aurait été envisageable dans un modèle d’échanges. Pour diverses raisons, cela n’a jamais vraiment été mis en place. Dommage. Mais encore une fois, selon moi, ce n’est pas à la fédé de payer. Ce n’est pas son rôle.

Le 31 décembre donc, l’écran sera noir. J’en suis d’abord attristé pour toutes les personnes qui se sont investies pour que les sports équestres existent dans l’univers Equidia.”
 
Le post de Pascal Boutreau est à lire en intégralité ici

J'aime 127

Réagissez

  • thierry wlc - le 05/09

    Voilà une réaction responsable