Lundi 16 juin - 09h22 | Sébastien Roullier

CSI 5* Cannes : réaction de Kevin Staut

Voici la réaction de Kevin Staut, troisième du Grand Prix de Cannes avec Silvana*HDC : 'Je suis heureux, moi aussi. Je suis passé au début du barrage, ce qui n’est jamais un avantage. J’ai essayé de faire de mon mieux, mais mon mieux n’a pas été suffisant. C’est un concours fantastique, comme chaque année. Nous avons eu la chance que la pluie cesse. Je félicite toute l’équipe pour son travail. C’est toujours génial de nous produire devant notre public.

C’était le Grand Prix de reprise de Silvana. C’est une jument qui a couru un grand nombre de choses. Quand on a tant fait, il est normal qu’il y ait parfois des contre-performances. Lyon en a été une. Je ne veux pas mettre cela sur le compte de son âge. Cela peut arriver dans ce genre d’événement. J’étais moins inquiet qu’aux championnats d’Europe d’Herning, où j’avais rencontré une difficulté technique. J’ai commis une faute bête le premier jour, puis pris trop de risques le deuxième au barrage pour rattraper notre retard… Là, je l’ai retrouvée en condition, super fraîche. Je n’ai peut-être pas tourné assez court au barrage, mais je n’ai pas voulu prendre tous les risques pour son concours de reprise. Silvana ressautera à Paris. Ensuite, nous rentrerons dans la zone de pré-championnat avec tous les concours sur herbe, donc elle se reposera sûrement avant de reprendre à Lausanne et Vienne.

La semaine prochaine, je sauterai la Coupe des nations de Rotterdam avec Rêveur de Hurtebise*HDC. Il va bien. Ce refus du premier jour nous a perturbés à La Baule. Quand on adore un cheval comme j’adore celui-ci, on peut se montrer un peu laxiste. Les premiers jours, quand je lui fais sauter des parcours de travail sans son embouchure des grosses épreuves, je le laisse un peu joueur et je ne suis pas à l’abri d’un refus de gaîté. Je ne m’en étais jamais trop soucié. Là, à La Baule, il s’est fait piéger sur l’entrée d’une combinaison. Il y a eu une incompréhension. Du coup, j’étais inquiet et je l’ai monté avec trop de pression dans la Coupe. Heureusement que c’est arrivé très en amont des championnats du monde, parce que je n’avais pas encore trop d’expérience avec ce cheval. Dans le Grand Prix, il a montré que c’était résolu avec un double sans-faute. À Saint-Gall, il a sauté une bonne première manche, même s’il y a eu des petits réglages techniques à faire. Sa deuxième manche, sans faute, m’a semblé vraiment bien calée techniquement, dans le relâchement et la disponibilité. C’était un de nos meilleurs parcours. Je vais à Rotterdam avec de vraies ambitions. Nous enchaînerons normalement Coupe des nations et Grand Prix.'

Propos recueillis à Cannes par Sébastien Roullier

J'aime 122

Réagissez