Bacardi VDL sera finalement monté... par Jan Tops!

Jan Tops a notamment brillé avec Top Gun, le meilleur cheval de sa carrière.
Crédit : PSV Morel

Lundi 01 avril - 10h28 | Yeelen Ravier

Bacardi VDL sera finalement monté... par Jan Tops!

Mi-février, le génial Bacardi VDL a quitté les écuries de Janika Sprunger pour rejoindre celles du marchand de chevaux Jan Tops. Après avoir fait ses premiers pas en compétition ce week-end sous la selle de son épouse Edwina Tops Alexander, l'explosif bai va finalement être monté par le Néerlandais, qui a créé la surprise en annonçant vouloir redevenir cavalier de haut niveau!

 - Bacardi VDL sera finalement monté... par Jan Tops!

Crédit : Stefano Grasso/LGCT

Il y a un mois et demi, Jan Tops confirmait à GRANDPRIX-Replay.com l'acquisition du génial Bacardi VDL, ancien cheval de tête de la Suissesse Janika Sprunger, qui lui avait déjà cédé Palloubet d'Halong six ans auparavant. Alors que l'étalon a concouru ce week-end sous la selle de l'Australienne Edwina Tops-Alexander au CSI 3* de Gorla Minore, le fils de Corland sera finalement monté par son propriétaire lui-même!

En effet, Jan Tops, marchand de chevaux néerlandais et fondateur du Longines Global Champions Tour, a décidé de se remettre en selle après s'être laissé quelques semaines de réflexion. Ancien pilier de l'équipe des Pays-Bas, avec laquelle il a participé à quatre reprises aux Jeux olympiques, trois fois aux championnats du monde et huit fois aux Européens, le pilote sera de retour en selle dès le CSI 5* de Mexico, du 11 au 13 avril, support de la deuxième étape du LGCT. "J'ai beaucoup hésité!", révèle le propriétaire des écuries de Valkenswaard, contacté hier par GRANDPRIX-Replay. "Bacardi est tellement exceptionnel qu'il m'a donné envie de m'y remettre! Sa puissance et son respect sont absolument incroyables. La première fois que j'ai sauté des obstacles avec lui à ma maison, il m'a presque déculassé! C'était impressionnant. J'espère pouvoir accomplir de belles choses avec lui, juste pour le plaisir de retrouver le grand sport. Je suis heureux dans ma peau de marchand et d'organisateur, mais cela me démangeait depuis un moment."
Rendez-vous donc dans dix jours au Mexique !

À lire également...

Réagissez