Daniel Bachmann Andersen renverse la table, Isabell Werth trébuche à Bois-le-Duc

Crédit : Digishots/FEI

Samedi 16 mars - 18h22 | Lucas Tracol

Daniel Bachmann Andersen renverse la table, Isabell Werth trébuche à Bois-le-Duc

C’est un scénario assez inédit qui s’est déroulé aujourd’hui lors de la dixième et dernière étape qualificative de la ligue d'Europe de l'Ouest pour la finale de la Coupe du monde. À Bois-le-Duc, la reine allemande Isabell Werth a dû s’avouer vaincue par deux fois sur Emilio. Sa compatriote Helen Langehanenberg lui a en effet grillé la priorité sur Damsey FRH, avant d’être elle-même battue par le jeune Danois Daniel Bachmann Andersen, qui a signé la plus belle victoire de sa carrière sur Blue Horse Zack. 

 - Daniel Bachmann Andersen renverse la table, Isabell Werth trébuche à Bois-le-Duc

Le classement de la ligue d'Europe de l'Ouest après les dix étapes de la Coupe du monde.

La concurrence était rude aujourd’hui à Bois-le-Duc, et peu auraient pu parier sur le scénario qui s’y est déroulé. À l’occasion de la dernière étape de la Coupe du monde, la tension a été à son comble aux Pays-Bas, et la victoire n’est pas revenue à Isabell Werth, comme cela a été le cas jeudi dans le Grand Prix. Reine incontestée du dressage mondial, l’Allemande a aujourd’hui quelque peu trébuché dans cette Libre, qu’elle conclut à la troisième place avec 82,93% sur Emilio. À titre comparatif, le couple allemand s’était imposé dans l’étape de Lyon en novembre avec 84,41%, mais avait été battu par Jessica von Bredow-Werndl et TSF Dalera BB à Genève en étant crédités de 83,900%. Pas de catastrophe aujourd’hui donc, mais la paire a notamment été sanctionnée pour une faute importante dans les changements de pied aux deux temps ainsi que par une défense du bai lors d’un piaffer sur l’ultime ligne. Quoi qu’il en soit, Isabell Werth a déjà son ticket pour la finale de Göteborg en sa qualité de tenante du titre, et il y a fort à parier qu’elle fera le voyage en Suède avec la géniale Weihegold. 
 
La première à avoir battu la cavalière la plus médaillée au monde est sa compatriote Helen Langehanenberg. Sur le puissant Damsey FRH, cette dernière a déroulé une reprise d’une fluidité rare, qui lui a valu 84,875% de la part des juges. Deuxièmes à Herning, Malines et Neümunster, troisièmes à Stuttgart et Amsterdam, tous deux ont réalisé une saison exemplaire, qui leur vaut la pole position du classement provisoire. Étant donné que cinq allemands figurent parmi les neuf qualifiés pour la finale, seuls trois d’entre eux seront choisis par leur fédération nationale pour concourir lors de la finale de Göteborg, le nombre de représentants d’un même pays étant limité. Il semble toutefois inimaginable que la Mannschaft se passe d’un tel couple. 

Très émue à la fin de sa reprise, Helen Langehanenberg n’a pas manqué de féliciter son bai brun qui lui offrait la tête provisoire. Ses espoirs de victoire se sont toutefois rapidement envolés avec le passage du dernier partant, Daniel Bachmann Andersen. Dans sa veste au parement bleu roi, le Danois a réalisé une véritable démonstration de facilité, sur un Blue Horse Zack extrêmement disponible. Les juges ont été séduits et leur ont offert 84,89%, soit leur meilleur résultat jamais enregistré ! Presque abasourdi après l’affichage des notes, le dresseur de vingt-huit ans n’a pas tardé à exprimer sa joie. Il faut dire qu’il signe aujourd’hui la plus belle victoire de sa carrière. S’il avait remporté sa première Coupe du monde à Herning en octobre, la concurrence y était de fait moins rude qu’à Bois-le-Duc. 
 
Parmi les trois représentants néerlandais à domicile, Hans-Pieter Minderhoud a été le meilleur en terminant quatrième avec Glock’s Dream Boy (81,635%). 
Pour rappel, même si elle n’était pas au départ de cette étape, Morgan Barbançon Mestre a obtenu son ticket pour la finale de la Coupe du monde, l’une de ses principales rivales Antonia Ramel n’ayant pu faire assez bien pour la déloger aujourd’hui. 
 
Les résultats ici
 

À lire également...

Réagissez