Pierre Jonquères d’Oriola s'en est allé...

Pierre Jonquères d’Oriola, ici avec T. Anciaume et M.Rozier (Ph. Scoopdyga)

Jeudi 21 juillet - 12h10 | ma.thierry

Pierre Jonquères d’Oriola s'en est allé...

Pierre Jonquères d’Oriola, un des monuments du saut d’obstacles français, vient de s’éteindre à l’âge de 91 ans à son domicile de Corneilla-del-Vercol (Pyrénées-Orientales). A son palmarès, plus de trois-cents victoires en internationaux, cinq participations olympiques dont deux médailles d’or à Helsinki en 1952 avec Ali Baba et à Tokyo en 1964 avec Lutteur B ainsi que quatre titres de champion de France. Pierre Jonquères d’Oriola était le sportif le plus titré en équitation. Véritable homme de cheval et après vingt-cinq ans de carrière, il était régulièrement invité sur les terrains de concours. "Il était encore en bonne forme en début d"année, mais il a décliné ces dernières semaines. Il est mort chez lui, entouré de ses enfants", a commenté Laurence Jonquères d'Oriola à l'AFP.


Marcel Rozier a bien connu Pierre Jonquères d’Oriola. En 1968, ils remportent la médaille d’argent par équipe des Jeux olympiques de Mexico. « J’ai eu la chance de débuter avec un homme comme ça. C’était un vrai coéquipier avec une grande régularité en Coupe des nations et en Grands Prix, c’était la perfection », commente Marcel Rozier. « Pierre était un grand voyageur et surtout un grand compétiteur. Il avait deux, trois chevaux et il enchaînait les concours. Parfois même, ses chevaux voyageaient par le train. », poursuit l’ex-cavalier avant de conclure : « Pierre était quelqu’un d’exceptionnel. Il était reconnu partout dans la foule, par son physique, son charisme. Je me souviens aussi de sa superstition : aux JO, il se demandait toujours quelles bottes et quel pantalon il devait mettre en fonction des résultats qu’il avait eu avec telle ou telle tenue ! ».


MAT


Retrouvez quelques uns de ses exploits en images :

À lire également...

Réagissez