À la fin, le jeudi à Genève, c’est souvent Kent Farrington qui gagne!

Crédit : Sportfot

Vendredi 13 décembre - 01h38 | À Genève, Sébastien Roullier

À la fin, le jeudi à Genève, c’est souvent Kent Farrington qui gagne!

Pour la quatrième fois de sa carrière, Kent Farrington a remporté la première épreuve majeure du CHI de Genève, principale qualificative pour le Grand Prix de dimanche. Associé à Creedance, l’Américain a pulvérisé le chronomètre du jeune Irlandais Michael Pender, brillant deuxième sur HHS Burnchurch. Auteurs de très bons barrages, Kevin Staut et Julien Épaillard ont fini six et huitième avec Viking d’la Rousserie et Virtuose Champeix.

Et de huit! Ce soir à Palexpo, Kent Farrington a remporté sa huitième victoire au CHI de Genève, et pour la quatrième fois ce Trophée de Genève, belle épreuve à barrage à 1,55m qualificative pour le Grand Prix Rolex de dimanche. Victorieux en 2013 avec Willow, en 2016 avec Creedance, puis en 2017 avec Voyeur, il a récidivé avec le deuxième nommé en 2019. Incroyablement régulier à Genève, l’Américain de trente-huit ans a également gagné le Grand Prix Rolex en 2017, la finale du Top Ten Rolex IJRC en 2015, le Défi des champions en 2013 et une Vitesse à 1,50m l’an passé!
 
Ce soir, «Bip Bip» Kent et Creedance, hongre KWPN de douze ans par Lord Z et une mère par Notaris, ont d’abord signé un sans-faute limpide au tour initial, comme douze autres concurrents. Au barrage, après les deux tours à quatre points de l’Américain Spencer Smith avec l’excellent Selle Français Théodore Manciais, treizième, et de l’Égyptien Sameh El Dahan avec la tout aussi bonne Suma’s Zorro, onzième, le premier double sans-faute a été l’œuvre de l’Irlandais Michael Pender, vingt ans, qui compte déjà plus de cent vingt victoires internationales au compteur, dont la fameux Derby d’Hickstead cette année! Associé à HHS Burnchurch, un hongre ISH de neuf ans par Heritage Fortunus et une mère par Cavalier Royale, il est longtemps resté en tête et a hérité d’une très belle deuxième place finale.
 
Dans la foulée, le Belge Jérôme Guéry et l’étalon Quel Homme de Hus, septièmes, ont dû s’avouer vaincus pour une seconde et demie. Son compatriote Olivier Philippaerts et H&M Extra ont fini tout près du chrono de référence, mais ont accusé une bonne faute sur le dernier vertical du tracé, d’où leur dixième place. La faute est arrivée plus tôt pour l’Israélien Daniel Bluman et Ladriano Z, douzièmes. On a ensuite vu deux très bons doubles sans-faute réussis par le Néerlandais Harrie Smolders sur Une de l’Othain, troisième, ainsi que par l’Allemand Daniel Deusser sur Jasmien van de Bisschop, cinquième.
 

Simon Delestre et Roger-Yves Bost pas encore qualifiés pour le Grand Prix


Bien décidé à emporter la mise, Julien Épaillard a bouclé un barrage ébouriffant avec le généreux et malin Virtuose Champeix, obtenant le meilleur temps de l’épreuve mais ne pouvant empêcher une faute sur leur dernier, qui les a relégués au huitième rang. Le cavalcade de l’Allemand Christian Ahlmann, quatrième, fut moins rapide mais fabuleuse d’aisance avec Dominator 2000, valeur montante sur le circuit. Juste après lui, Kent Farrington a donc réussi un double sans-faute que personne n’a su égaler, pas même le Suisse Steve Guerdat, l’enfant chéri du public, fautif une fois avec son SF Vénard de Cerisy, neuvième, ni Kevin Staut, qui n’a rien renversé mais n’a pas souhaité affoler les compteurs avec le prometteur Viking d’la Rousserie, très bon sixième.
 
Les vingt-deux meilleurs cavaliers non pré-qualifiés au mérite de leurs médailles individuelles en grands championnats ont obtenu leur ticket pour le Grand Prix de dimanche, étape du Grand Chelem Rolex. Côté tricolore, c’est évidemment passé pour Kevin Staut et Julien Épaillard, mais aussi pour Pénélope Leprevost, qui n’a concédé qu’une faute dans le double, avant-dernier obstacle du parcours de Gérard Lachat et Louis Konickx. Pénalisés respectivement de cinq et neuf points avec Uccello de Will et Sangria du Coty lors de parcours toutefois corrects, Simon Delestre et Roger-Yves Bost devront retenter leur chance samedi midi dans la Coupe de Genève, qui offrira cinq derniers tickets. Il y en aura trois autres demain soir dans la finale du Top Ten Rolex IJRC, mais on sait déjà qu’ils seront pour le Suédois Henrik von Eckermann, l’Irlandais Darragh Kenny et le Belge Pieter Devos, les sept autres concurrents en lice ayant déjà validé le leur.
 
Les résultats

Revivez en vidéo le barrage de Kent Farrington et Creedance