“L’objectif est de transformer le commerce des chevaux à l’image du marché de l’art”, Christophe Ameeuw

Crédit : Scoopdyga

Mercredi 04 décembre - 15h07 | Propos recueillis par Lucas Tracol

“L’objectif est de transformer le commerce des chevaux à l’image du marché de l’art”, Christophe Ameeuw

À la veille de l’acte II de la vente aux enchères The Auction by Arqana, le fondateur d’EEM Christophe Ameeuw en dévoile un peu plus sur cet évènement qui se tiendra au Cirque d’Hiver, en plein cœur de Paris. 

“Nous sommes très heureux de ce projet et de notre partenariat avec Arqana. Le fait d’associer cette agence, professionnelle dans le milieu de courses et dont la réputation n’est plus à faire, avec le saut d’obstacles, est un honneur. Leur savoir-faire nous a permis de mener à bien un premier acte cette année à Hong-Kong. Cela a excessivement bien fonctionné, car nous étions en direct à Deauville. Nous avons montré que notre clientèle était internationale, mais aussi que les personnalités des courses étaient intéressées pour investir dans le saut d’obstacles. Avec cet acte II, la grande différence est que nous serons au centre de Paris, dans le lieu unique et historique qu’est le Cirque d’hiver. Nous allons présenter vingt chevaux dont quinze performers. Ces chevaux d’un certain âge ont déjà prouvé qu’ils étaient des champions, et seront donc proposés à la vente aux côtés de quelques yearlings. Cela va être une expérience nouvelle et un challenge ! 
Notre association avec Arqana fonctionne extrêmement bien. Le fait de présenter des chevaux au centre de Paris à la manière d’un défilé de mode fait bouger les lignes. Cela met également notre industrie en valeur et sous les projecteurs. Concernant les chevaux, nous avons affaire à une sélection exceptionnelle. Ces derniers ont été choisis par plusieurs experts, dont les champions Jos Lansink, Ludo Philippaerts et Carlos Pinto, le plus grand éleveur du monde Joris de Brabander (de l’incontournable élevage de Muze, ndlr), ou encore la femme d’expérience qu’est Virginie Coupérie-Eiffel. L’objectif est de transformer le commerce des chevaux à l’image du marché de l’art. Pour cela, Arqana était la meilleure des solutions !”
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #112 GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER

GRANDPRIX #112

(GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter