Sellerie des Juraires : La diversification fait la force

Crédit : Écurie des Juraires

Jeudi 05 décembre - 09h38

Sellerie des Juraires : La diversification fait la force

Élevage, écurie de valorisation, centre équestre, exposant sur les plus beaux concours pour de prestigieuses marques et bientôt à la tête d’une sellerie… Joachim Jacques, cavalier professionnel de jumping, et sa femme Mélody, installés au Haras des Juraires, en Vendée, cumulent les activités, pour leur plus grand bonheur. Retour sur une success story à taille humaine. 

Compétition et valorisation de chevaux de sport, le socle de l’activité des Juraires

Compétition et valorisation de chevaux de sport, le socle de l’activité des Juraires - Sellerie des Juraires : La diversification fait la force

Crédit : Écurie des Juraires

Lorsqu’il quitte la Bretagne pour s’installer en Vendée dans les années 2000, au Haras des Juraires, jusqu’alors spécialisé dans l’élevage, Joachim Jacques a un objectif clair : développer une écurie de valorisation et de commerce. 

« Grâce à son expérience et son professionnalisme, les écuries se sont agrandies rapidement. Les premières années, Joachim avait jusqu’à une quarantaine de chevaux à l’exploitation, qu’il sortait sur le circuit classique et amenait chaque année à la finale de Fontainebleau. Je l’ai rejoint en 2008 », explique Mélody Jacques, son épouse.

À cette époque passent sous sa selle des stars des terrains d’aujourd’hui : Twig du Veillon, qui a fait toute sa saison 2019 en CSI 5* et CSI 4* avec René Lopez Lizzaro, Romie, montée jusqu’en 2015 par Lucia Le Jeune Vizinni, sous la selle de laquelle la jument signe notamment une très belle performance dans le Grand Prix de Calgary, ou encore Carmen de Hus, qui évolue actuellement sous les couleurs françaises dans les circuits Jeunes avec Cassandre Clément. 
« Cela fait maintenant plus de vingt ans que Joachim valorise des jeunes chevaux. A côté de ça, il s’est illustré régulièrement en CSI 3* et sur le circuit du Grand National avec des chevaux plus expérimentés. Actuellement, il forme des chevaux pour revenir à ce niveau », précise Mélody.

En plus de son activité de cavalier professionnel, Joachim perpétue l’activité d’élevage du site, faisant naître environ cinq poulains à l’année. 
« Nous continuons à développer l’élevage grâce aux transferts d’embryons. Nous investissons sur de bonnes juments dotées d’un beau papier que Joachim sort en concours. Nous avons par exemple fait deux transferts avec une de ces anciennes juments de tête, appartenant aujourdhui à Stéphane Godard, Polka des Peux. Nous avons aussi eu un produit de Dollar de la Pierre, vendu aux Écuries dEllipse puis exporté aux Etats-Unis.», explique Mélody. 

L’ouverture d’un centre équestre, premier projet professionnel commun

L’ouverture d’un centre équestre, premier projet professionnel commun - Sellerie des Juraires : La diversification fait la force

Crédit : École d'équitation des Juraires

« En plus des chevaux en valorisation, nous avions également ouvert une petite écurie de propriétaire. Peu à peu, nous avons reçu de plus en plus de demande de cavaliers. Comme nous aimions l’idée de nous diversifier et que j’avais le BPJEPS, nous avons décidé d’ouvrir un centre équestre », raconte Mélody.
C’est ainsi que le Centre équestre des Juraires naît en 2014. 

« Aujourd’hui, nous avons une vingtaine de chevaux d’école pour le centre équestreA cela sajoute une quinzaine de chevaux à l’exploitation, jeunes et chevaux d’âge, qui nous appartiennent ou qui nous sont confiés par des propriétaires tels que Stéphane Godard ou Édouard Pacreau, avec qui nous possédons plusieurs chevaux en copropriété », détaille Mélody. « Au début, je m’occupais de tous les cours. Mais comme la structure s’est très vite développée, jusqu’à atteindre aujourd’hui 160 licenciés, nous avons décidé de prendre quelqu’un pour m’épauler. C’est Ainsi qu’Audrey a rejoint notre duo. »

Les rôles se répartissent naturellement entre les trois co-équipiers : Joachim, qui a pour sa part passé le DEJEPS, s’occupe des chevaux en valorisation et des cours particuliers pour les cavaliers très confirmés ou les cavaliers de l’extérieur, ainsi que de la gestion quotidienne des écuries.
Mélody supervise l’équipe « compétition » ainsi que les cours confirmés, et toute l’administration de la structure, tandis qu’Audrey prend à sa charge l’intégralité des autres cours et groome Joachim aux écuries le matin. 

« On me demande souvent comment nous faisons pour mener toutes nos activités de front, mais avec de l’organisation, on y arrive ! »souligne Mélody. 

La diversification fait la force ​

La diversification fait la force ​ - Sellerie des Juraires : La diversification fait la force

Crédit : Sellerie des Juraires

Comment tenir à la fois un centre équestre et une écurie de valorisation ne constituait pas un challenge suffisant, Mélody et Joachim voient plus loin.
Depuis un an, le couple est ainsi distributeur de certains des équipementiers les plus prestigieux, et se rend sur des concours et salons toute l’année pour vendre leurs produits. 

« Tout est parti d’une histoire d’airbag. Fin 2017, comme j’étais de plus en plus soucieuse des questions de sécurité à cheval, j’ai acheté un airbag. Très vite, j’ai trouvé dommage que mes élèves ne puissent pas bénéficier de cet équipement parce qu’il est trop onéreux et que les parents hésitent à investir car les enfants grandissent. En tant que monitrice, mais aussi en tant que mère, il est primordial pour moi que mes élèves évoluent en toute sécurité. J’ai donc voulu trouver un système permettant de laisser des airbags à disposition en location aux élèves, et pour trouver les meilleurs tarifs, il fallait être revendeur », explique Mélody.

Il se prennent au jeu, le bouche-à-oreille fait rapidement son travail auprès des clients du centre équestre, au point que cela leur donne envie de voir plus loin : ils commencent alors à développer la sellerie, en intégrant deux grossistes. 
 
La naissance de la sellerie des Juraires
Étape clé dans la croissance de la toute jeune sellerie des Juraires : la rencontre avec Alberto Vriz, directeur de la marque Animo, en juillet 2018. 
« Nous avons été invités par Alberto à venir passer une journée en Italie. Il a aimé notre démarche, et nous a permis de proposer les produits Animo et Anna Scarpati à nos clients », raconte Mélody.

Deux mois plus tard, le projet des Juraires prend un nouveau tournant lorsque Anna Scarpati appelle Mélody pour lui proposer d’exposer pour eux lors la Coupe du Monde à Bordeaux en février 2019. 
« À partir de là, nous avons couvert tous les plus gros événements : Le Baule, Paris Eiffel, Chantilly, Deauville, Equita Lyon... et nous avons conclu des accords avec d’autres marques. Nous ne voulions favoriser que quelques marques en ne proposant qu’un nom par gamme de produits, et proposer un maximum de références de produits par maque. Aujourd’hui, nous travaillons avec GPA pour les casques, eQuick pour les protections, Roeckl pour les gants, Oscar & Gabrielle avec Helite pour les airbags, et bien sûr Animo et Anna Scarpati pour le textile. » 

Prochains challenges du couple : ouvrir le site internet de la sellerie d’ici quelques semaines, mais aussi faire évoluer les infrastructures des écuries pour permettre au centre équestre de se développer encore plus et également d’intégrer un véritable magasin. 
« On est toujours ouvert à de nouveaux projets. La clé de la réussite, c’est de ne pas rester sur ses acquis, de continuer à évoluer »conclut Mélody.
 
Retrouvez la sellerie des Juraires au Longines Masters de Paris, du 5 au 8 décembre, puis au CHI de Genève, du 12 au 15 décembre, et au Jumping de Bordeaux, du 6 au 9 février 2020. 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #112 GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER

GRANDPRIX #112

(GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter