Kevin Staut et Vivaldi lancent Vivaldi-Jumping, la première écurie de groupe dédiée aux sports équestres

Crédit : Scoopdyga

Vendredi 29 novembre - 11h16 | Sébastien Roullier (avec communiqué)

Kevin Staut et Vivaldi lancent Vivaldi-Jumping, la première écurie de groupe dédiée aux sports équestres

Hier soir, Kevin Staut et Didier Krainc ont annoncé la naissance de Vivaldi-Jumping, concrétisant leur association dans la création de la première écurie de groupe dédiée aux sports équestres. Un projet qui pourrait permettre à des investisseurs n’ayant pas forcément les moyens ou l’envie de le faire seuls de devenir copropriétaires de chevaux de sport.

 - Kevin Staut et Vivaldi lancent Vivaldi-Jumping, la première écurie de groupe dédiée aux sports équestres

Didier Krainc.
Crédit : Scoopdyga

On ne présente plus Kevin Staut, grand cavalier international, champion olympique, champion d’Europe et vice-champion du monde de saut d’obstacles. Dans le monde du sport, on connaît moins Didier Krainc, consultant spécialiste de la transformation numérique des entreprises à travers sa structure Nexus Consulting, créateur du réseau SoWhat? mais aussi passionné de cheval, fondateur et manager de l’écurie Vivaldi, l’une des écuries dites de groupes les plus reconnues dans l’univers des courses hippiques.

Ensemble, ils ont décidé un concept nommé Vivaldi-Jumping, associant les compétences techniques de Kevin Staut aux compétences de management et d’animation de Didier Krainc. En claire, il s’agit de permettre à un club d’une vingtaine d’investisseurs de partager le plaisir des sports équestres. L’aventure qui va démarrer début 2020 vise à constituer par investissements successifs un piquet de jeunes chevaux de saut d’obstacles détectés, formés et commercialisés par des professionnels. L’objectif à long terme est évidemment que l’un d’entre eux puisse un jour atteindre le plus haut niveau de compétition. “Vivaldi-Jumping a pour vocation de prendre des participations chaque année dans la propriété de deux à quatre jeunes chevaux de quatre ans, puis d’accompagner leur carrière, sous l’égide de Kevin, pendant cinq à six ans, période pendant laquelle certains pourront être vendus”, précise le communiqué de presse.

Pendant ces six ans, les investisseurs, dont le nombre sera limité à vingt, avec un prix de la part fixé à 25.000 euros, bénéficieront de services VIP de communication (boucle WhatsApp, site internet, page Facebook, Instagram, Twitter, newsletter, etc.) pour suivre la carrière des chevaux, d’un accueil sur les terrains de concours internationaux, de rencontres avec les cavaliers et éleveurs, de visites d’écuries et d’élevages, etc. “Il s’agit d’une véritable initiation au propriétariat dans les sports équestres, encadrée par deux professionnels passionnés, d’un partage de sensations fortes, et de permettre de nombreuses passerelles entre le monde des courses et celui des sports équestres”, dit encore le communiqué.

“Je cherchais depuis quelques années un moyen d’associer certains investisseurs à une aventure commune autour d’un ou plusieurs chevaux de sport”, déclare Kevin Staut. “Aussi, lorsque j’ai entendu parler du succès des écuries Vivaldi dans le monde des courses, cela m’a mis la puce à l’oreille et j’ai voulu rencontrer Didier Krainc. Nous nous sommes immédiatement bien entendus et le concept Vivaldi-Jumping est né en quelques semaines. Ce projet sera très complémentaire à mon activité principale.” “Je suis absolument ravi de pouvoir, grâce à cette association avec l’immense cavalier qu’est Kevin Staut, transposer le concept de l’écurie Vivaldi, dont la réussite dans le monde des courses est reconnue, à cet univers des sports équestres, que j’ai bien connu plus jeune et que j’aime toujours autant par ailleurs”, se réjouit Didier Krainc.

Longue vie à ce beau projet!
 

À lire également...

Réagissez

  • weltmeyer - le 29/11

    Comme le mentionne muybien, c'est une initiative de KS pour attirer des propriétaires. Rien de nouveau à cela, le principe de la syndication pour la propriété d'un cheval n'est pas nouvelle, preuve en est les différents syndicats dévoués aux chevaux de complet.Maintenant, il va y avoir plein de problèmes de gouvernance , ce qui n'est pas possible dans une écurie de groupe dans le milieu des courses du fait qu'une enquête de moralité est diligentée par les autorités (afin d'éviter le blanchiment d'argent) etc, etc.... Cette initiative reste ni plus ni moins qu'une association d'investisseurs dans un actif mobilier qui doit à terme rapporter des gains (moyen terme) et une plus value lors de la revente (long terme) en optimisant la fiscalité sous la casquette d'une structure juridique dédiée afin de loger cet actif. Rien de nouveau en soi. Cela ne réglera pas le souci de conserver les ultras bons chevaux sous couleur nationale lors des mercatos en vue des championnats. Gérer un propriétaire c'est déjà compliqué et complexe car les visions sont parfois diamétralement différentes au fur et à mesure que le cheval se déclare performant (au début tout va bien, et quand les sommes importantes arrivent, tout se complique car 2 visions se confrontent, le propriétaire qui a le droit de vendre son cheval car il a un impératif économique ou autre et cela le regarde (un propriétaire n'est pas un mécène-cf lire la vraie définition d'un mécène) et les envies du cavalier de ne pas se retrouver piéton. Alors gérer 20 co-propriétaires, bonjour le côté affectio associatis à terme.

  • TOF - le 29/11

    Bravo très belle initiative

  • SpeedyRomy - le 29/11

    ils se calent sur le modèle de SFN qui a fait les beaux jours de Jeroen Dubbledam. Intéressant !

  • muybien29 - le 29/11

    Ok c'est sous l'égide de Kevin pour attirer les investisseurs mais Quid de l'exploitation des chevaux acquis??? J'imagine mal Kevin s'investir dans leur formation !

Le mag

GRANDPRIX #112 GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER

GRANDPRIX #112

(GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter