Olivier Guillon conserve son titre à Rouen

L'histoire se répète pour Oliver Guillon
Crédit : Pixels Events

Samedi 23 novembre - 01h31 | Marion Mauger

Olivier Guillon conserve son titre à Rouen

Ce soir à Equi’Seine à Rouen, Olivier Guillon a réalisé le doublé dans l’épreuve à barrage à 1,50m du CSI4*. Aux rênes du Vitot du Château, il a été plus rapide que les quinze couples à s’élancer en seconde manche. L’histoire se répète puisque la paire avait déjà remporté cette même épreuve l’année dernière.  

Pas moins de soixante-seize couples se sont élancés dans l’épreuve à barrage à 1,50m du CSI4* d’Equi’Seine à Rouen. Malgré les seize sans-faute réalisés ce soir, trouver la clef du parcours n’était pas si évident. Au total, quinze couples ont vu leur performance s’entacher de quatre points. Parmi eux, Pénélope Leprevost qui présentait ce soir son fils d’Ugano Sitte, Gfe Excalibur de la Tour Vidal, ou encore Laurent Goffinet en selle sur le brillant Atome des Etisses. Vainqueurs hier de l’épreuve à 1,50m, victorieux dans le Grand Prix du CSI3* d’Oldenbourg en Allemagne, Julien Anquetin et Gravity of Greenhill ont, quant à eux, été contraints d’abandonner, tout comme Philippe Rozier et Prestige Kalone.  
 

Un barrage sous tension

Seize donc se sont qualifiés pour le barrage mais, Marie Pellegrin préférant en rester là ce soir avec Alcazar du Moulin, seulement quinze ont pris le départ de cette seconde manche. Ouvreur, Grégory Cottard a réalisé un départ sur les chapeaux de roue. Aux commandes de Bibici, il a imposé un rythme d’enfer à ses adversaires en concluant son parcours sans-faute en 38’’96. Dans un tempo semblant moins soutenu mais en serrant davantage les courbes, Victor Bettendorf, en selle sur Chactus, est venu abaisser le temps de référence de quelques centièmes. Néanmoins, quatre chevaux plus tard, le Luxembourgeois a vu la victoire lui échapper avec le parcours d’Oliver Guillon. Vainqueur l’année dernière de cette même épreuve avec le même cheval, Vitot du Château, le cavalier n’a rien laisser au hasard, tant et si bien qu’il a conclu son barrage avec son fils de Toulon en 35’’51. Plus rapide encore avec un chronomètre de 35’’39, Marc Dilasser a fait trembler son adversaire jusqu’à l’ultime obstacle que son courageux Vital Chance de la Roque n’est pas parvenu à franchir sans-faute. Avant dernière à prendre le départ, Félicie Bertrand a bien failli rafler la mise avec sa petite mais si bondissante Sultane des Ibis. Sans-faute, la paire a dû s’incliner pour seulement quatorze centièmes de trop.

Les résultats ici

À lire également...

Réagissez

  • TOF - le 23/11

    2 chevaux de la souche du château Vitot et vital chance

Le mag

GRANDPRIX #112 GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER

GRANDPRIX #112

(GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter