Anne de Sainte Marie brigue la présidence de la Fédération française d’équitation

Crédit : Jessica Rodrigues

Mardi 05 novembre - 17h48 | Sébastien Roullier (avec communiqué)

Anne de Sainte Marie brigue la présidence de la Fédération française d’équitation

Mercredi dernier, par la voie d’un communiqué de presse, Anne de Sainte Marie a fait part de son intention de se présenter à la présidence de la Fédération française d’équitation, à l’occasion des prochaines élections fédérales, programmées en novembre 2020.

Immergée dans le milieu équestre depuis son plus jeune âge, Anne de Sainte Marie a décidé de se lancer un nouveau défi en manifestant sa volonté, dès la semaine passée, à plus d’un an des prochaines élections fédérales, de se présenter à la présidence de la Fédération française d’équitation (FFE). Cavalière, enseignante, puis dirigeante d’établissement équestre, cette trentenaire francilienne a assumé au fil de son parcours professionnel des responsabilités d’organisatrice de compétitions au Salon du cheval de Paris et de chargée de mission à la FFE, avant de diriger le haras de la Cense. Ces dernières années, elle s’est aussi engagée en tant que vice-présidente du comité régional d’équitation d’Ile-de-France et membre du comité régional olympique et sportif.
 
“Depuis 2012, après des années de croissance, le nombre de licences baisse alors que celui des structures continue de croître. Les clubs souffrent de la concurrence, de la hausse de la TVA et des changements de rythmes scolaires. Le modèle né dans les années 1980 s’essouffle au détriment de l’ensemble des acteurs. Face aux difficultés que traverse l’équitation française, un nouvel élan s’impose”, décrit Anne de Sainte Marie, qui a organisé une première rencontre dans le cadre du salon Equita Lyon et qui entend désormais animer plus de cent réunions publiques partout en France. “Son objectif est de construire avec les acteurs de terrain un projet collectif pour rénover l’équitation. Proposer une alternative doit permettre à l’élection 2020 d’être le grand rendez-vous démocratique dont les sports équestres ont besoin”, ajoute le communiqué de presse. “En 2016, lors de la dernière élection de la FFE, seul un club sur quatre s’est exprimé dans les urnes. Abstentions, votes blancs et d’opposition représentaient alors 72% du total des voix. Un nouveau projet est possible pour la FFE, à condition d’écouter les clubs, de prendre en compte leurs difficultés et leurs aspirations pour proposer un programme qui réponde aux besoins du terrain.”
 
À ce jour, Anne de Sainte Marie est la première candidate déclarée à la présidence de la FFE. D’autres devraient émerger d’ici le lancement de la campagne officielle, fin août 2020, au sortir des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo.
 
Le calendrier des réunions publiques de la candidate est disponible sur www.achevaldemain.org

À lire également...

Réagissez

  • Salvatore - le 06/11

    Vivement un contrôle technique sur les installations, l' acceuil, les Chevaux ( mental, physique ). En 2020, pour soutenir un changement, je boycotte ma licence pratiquant ! Vive la révolution !

Le mag

GRANDPRIX #111 GRANDPRIX n°111 NOVEMBRE

GRANDPRIX #111

(GRANDPRIX n°111 NOVEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter