Clooney 51, l’enfant terrible devenu élève modèle

Crédit : Scoopdyga

Mercredi 23 octobre - 16h11 | Yeelen Ravier

Clooney 51, l’enfant terrible devenu élève modèle

Si l’on pouvait jadis lui reprocher son fichu caractère, qui lui a parfois fait défaut, à l’instar de Nino des Buissonnets, l’ancien joyau de Steve Guerdat, Clooney 51 est sans aucun doute l’un des tout meilleurs chevaux de saut d’obstacles de son époque. Sacré champion d’Europe le 25 août à Rotterdam avec son fidèle cavalier suisse Martin Fuchs, le gris compte déjà cinq podiums majeurs. Portrait d’un crack à retrouver en intégralité dans le dernier numéro de GRANDPRIX.

 - Clooney 51, l’enfant terrible devenu élève modèle

Clooney 51 avec Jana Wargers aux championnats du monde Jeunes Chevaux de Lanaken.
Crédit : Sportfot

Qui a oublié son impensable refus sur l’ultime obstacle de la seconde manche du Grand Prix d’Aix-la-Chapelle il y a trois ans, qui lui avait amèrement coûté l’une des plus belles victoires de sa carrière ? Depuis, Clooney 51 en a fait, du chemin ! Le 25 août dernier, le caractériel mais sensationnel gris a hissé Martin Fuchs sur la plus haute marche du podium individuel des championnats d’Europe Longines de Rotterdam, offrant au Suisse de vingt-sept ans sa première médaille d’or en Seniors. Désormais crédité de quatre médailles en grands championnats plus une deuxième place en finale de la Coupe du monde Longines, le hongre de treize ans est bel et bien un crack. Clooney 51 voit le jour le 3 mars 2006 dans l’élevage de Bernd Richter, à Ladbergen, à trente kilomètres au nord de Münster, en Allemagne. Inscrit au stud-book Westphalien, il est le fruit d’un croisement entre Cornet Obolensky (ex-Windows van het Costersveld, BWP, Clinton x Heartbreaker), étalon belge élevé par Thierry Degraeve, et Fräulein vom Moor (Westph, Ferragamo x Pilot), une petite jument d’1,62 m née chez Bernd Richter. Celle-ci n’est pas issue d’une souche très renommée, mais on lui connaît tout de même un frère, Johannes (Westph, Jabot), ayant concouru jusqu’à 1,60 m. « J’avais repéré Cornet à deux ans lors d’une présentation d’étalons en Allemagne et il m’avait directement impressionné », explique l’éleveur. « Il sautait extrêmement bien et montrait des moyens gigantesques, ce qui m’a donné envie de le croiser à Fräulein. » Bien lui en a pris.
 
Dès ses premiers pas, Clooney séduit son entourage. « C’était un très beau poulain. Personne ne le reconnaîtrait aujourd’hui, car il était tout noir quand il est né ! », s’amuse son naisseur. Petit par la taille, le poulain montre de grandes aptitudes pour le saut d’obstacles. « Je l’ai fait sauter pour la première fois à deux ans et il a montré tout son respect et sa puissance. » Talentueux et prometteur, le gris est aussi doté d’un sacré caractère. Aussi, Bernd Richter décide de le castrer à trois ans.« Il se montrait beaucoup trop nerveux ! », explique-t-il.« Nous n’arrivions pas à le monter, d’autant qu’il s’était considérablement étoffé. Sa grand-mère, Pan Am (Westph, Pilot x Pik Bube II) était pareille : une qualité incroyable et un caractère de feu. » Tout comme son père…
 
Après avoir été débourré, Clooney apprend à cinq et six ans les bases de sa discipline en Allemagne avec Sandra ter Bahne. Fin 2012, son éleveur et propriétaire se met en quête d’un nouveau cavalier pour son protégé, et tombe sur Jana Wargers, jeune Allemande tout juste âgée de vingt ans et installée près de chez lui. « Quand je l’ai vu pour la première fois, Clooney ne ressemblait vraiment pas au cheval que l’on connaît aujourd’hui ! », s’esclaffe l’amazone. « Il avait un gros ventre et il lui manquait ses dents de devant (ce qui est toujours le cas, ndlr)! Pour autant, et malgré son inexpérience, j’ai ressenti toute sa qualité dès que je l’ai monté. Nous avons travaillé pendant de longs mois afin de lui permettre de s’exprimer pleinement, d’autant qu’il avait déjà une technique de saut bien à lui. En revanche, il a toujours été extrêmement respectueux. » Avec Jana, Clooney poursuit sa formation sur le cycle allemand puis débute en CSI Jeunes Chevaux, en 2013. Après une saison fructueuse, où il réalise 91 % de sans-faute, il fait sensation au Mondial des sept ans à Lanaken, où il termine sixième derrière d’autres futurs cracks tels que Bacardi VDL (KWPN, Corland x Kannan), alors piloté par le Belge Jos Lansink, All In de Vinck (sBs, Kashmir van Schuttershof x Andiamo), monté par le Belge Nicola Philippaerts, ou encore Gazelle Ter Elzen (BWP, Kashmir van Schuttershof x C-Indoctro), classée avec le Japonais Eiken Sato. « Honnêtement, après cette performance, j’ai compris que j’avais peu de chances de le conserver dans mes écuries. Tout le monde le voulait ! », se souvient la cavalière. De fait, Bernd Richter reçoit une avalanche de propositions.


Retrouvez le portrait dans son intégralité dans le dernier numéro de GRANDPRIX, disponible en kiosque ou en commande ici

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #111 GRANDPRIX n°111 NOVEMBRE

GRANDPRIX #111

(GRANDPRIX n°111 NOVEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter