CSI 3* Sandillon: un beau plateau attendu!

Pedro Veniss et Amaryllis ici à lexington, réliseront-ils le doublé?

Vendredi 01 juillet - 15h35 | ElodieM

CSI 3* Sandillon: un beau plateau attendu!

Du 30 juin au 3 juillet, les écuries Pierre Defrance à Sandillon dans le Loiret accueillent l’évènement international majeur du week-end sur le sol français : un CSI3* couplé d’un CSI pour les jeunes chevaux de six et sept ans et d’un CSI amateur. Ce sont en tout près de 300 chevaux qui seront présents ce week-end à Sandillon.




Pour la cinquième année consécutive, l’association Maurice Besson organise un concours international à Sandillon et le succès ne s’est pas fait attendre. Pour la première fois en 2007, un CSI* était organisé. La manifestation a vite gravi les échelons puisqu’en 2008, le concours obtenait une deuxième étoile puis une troisième étoile en 2009, signe de la qualité du concours qui parvient à attirer à chaque fois de nombreux étrangers sur les terres françaises.



Cette année, ce sont vingt nations qui seront représentées dans le CSI3*. L’épreuve phare du week-end sera le Grand prix du Conseil Général du Loiret qui se courra dimanche 3 juillet vers 14 heures. En 2010, c’est le Brésilien [Pedro Veniss] qui l’avait emporté devant [Reynald Angot] et [Frederique Fabre Delbos]. Ces trois cavaliers seront présents cette année pour défendre leurs chances.  Du côté des Français, vingt-six cavaliers sont engagés dans le CSI3*. On retrouvera notamment [Simon Delestre], [Philippe Rozier], [Jacques Bonnet], qui s’était imposé en 2008, ou encore [Xavier Vacher], récent vainqueur du Grand Prix lors du CSI3* de Canteleu.  Le niveau sera relevé puisque du côté des étangers [Philippe Le Jeune], le champion du monde en titre et l’Irlandaise [Jessica Kurten] ont fait le déplacement. Sandillon permettra aussi de voir en piste [Jubilee d Ouilly], l’ancienne jument qui avait brillé en équipe de France sous la selle de [Penelope Leprevost] et qui effectue son retour à la compétition cette année avec son nouveau cavalier [Trevor Coyle].

À lire également...

Réagissez