Revenue du test event de Tokyo, la Fédération française d'équitation livre ses impressions

Crédit : Yusuke Nakanishi/FEI

Mardi 27 août - 10h12 | Yeelen Ravier (avec communiqué)

Revenue du test event de Tokyo, la Fédération française d'équitation livre ses impressions

Quelques jours avant les championnats d'Europe Longines de Rotterdam, la Fédération française d'équitation avait envoyé Sophie Dubourg, Directrice technique nationale, Michel Asseray, Directeur technique adjoint pour le concours complet, et Quentin Simonet, conseiller technique national et chargé de mission pour les JO, à Tokyo. En vue des Jeux olympiques de l'année prochaine, la capitale japonaise avait en effet organisé un test event. La délégation tricolore fait le bilan.

 - Revenue du test event de Tokyo, la Fédération française d'équitation livre ses impressions

Du 8 au 13 août, une partie du staff de la Fédération française d'équitation a assisté à un test event de concours complet organisé à Tokyo pour partir à la découverte du site qui accueillera les épreuves équestres lors des Jeux olympiques qui se tiendront du 24 juillet au 9 août 2020. À un peu moins d’un an du coup d’envoi des JO de Tokyo, la FFE a envoyé une délégation “en repérage“ afin de découvrir le site, les écuries, les carrières et stades équestres, ainsi que les hôtels. Sophie Dubourg, directrice technique nationale, Michel Asseray, directeur technique adjoint pour le concours complet et Quentin Simonet, conseiller technique national, chargé de mission pour les Jeux olympiques, ont fait le déplacement au pays du Soleil levant.

Un CCI 3*-S était organisé du 12 au 14 août sur le site olympique, et les protagonistes ont pu prendre connaissance du terrain où se déroulera le cross - y compris le multi-médaillé allemand Michael Jung, qui a remporté la compétition! L’objectif en se rendant sur le site en amont pour le staff était de collecter un maximum d’informations sur les sites équestres, sur le profil du parcours de cross ainsi que sur les transports et les hébergements afin de pouvoir placer les membres de la délégation dans les meilleures conditions possibles. “C’était l’occasion pour nous de découvrir le site tant pour la délégation sportive que pour les accompagnants“, a déclaré Sophie Dubourg. “Tout est prêt et très au point. Les organisateurs ont fait confiance aux meilleurs techniciens. Le site est assez concentré et retiré du centre, tout semble très sûr.“

Le climat, point d'interrogation numéro un

Les championnats d’Europe pour les disciplines olympiques et paralympiques se déroulant quasiment simultanément, aucun athlète français n’a pris part à la compétition. Le voyage n’a pas manqué d’enseignements pour le staff tricolore pour autant, et notamment au niveau du climat, qui reste l’une des interrogations principales de ces prochains Jeux olympiques. “C’est le gros point noir“, a commenté la Directrice technique nationale. “L’hygrométrie est très élevée. Les épreuves ont été programmées aux heures et conditions de l’année prochaine. Dans le contexte de ce test event, nous avons pu voir que les cavaliers souffraient davantage que les chevaux, mais le niveau, la distance et la vitesse du cross seront bien supérieurs aux JO. Il va donc falloir préparer tout le monde à ces conditions peu habituelles pour nos cavaliers, chevaux, grooms et staffs. À côté de ça, tout est climatisé, ils ont vraiment fait les choses bien.“ 

La délégation française a assisté à plusieurs réunions d’informations abordant des sujets tels que le climat, le transport, les contraintes vétérinaires, etc (retrouvez toutes les informations ici). Un débriefing a aussi été organisé permettant à chaque nation de faire part de ses réflexions. Le staff fédéral en a également profité pour faire le point sur le transport, toujours une logistique exceptionnelle pour ce genre d’événements. “Le voyage pour les chevaux durera seize heures avec une escale technique à Dubaï, au Qatar. En amont du départ qui se fera de l’aéroport de Liège, les chevaux seront placés en quarantaine une semaine au sein de nos différents lieux de stage de préparation“, a exposé Sophie Dubourg.

Après la qualification aux championnats d’Europe de l’équipe de France de saut d’obstacles, la délégation française aura donc deux équipes en jumping et en concours complet aux prochains JO. En para-dressage, l’équipe de France a jusqu’au 31 janvier 2020 pour se qualifier. Pour le dressage, une place est encore à pourvoir en individuel. En effet, les deux meilleurs athlètes de la ranking “FEI Olympic“ et maximum un par nation (hors nations qualifiées) pourront décrocher leur billet pour Tokyo jusqu’au 31 décembre 2019. 

À lire également...

Réagissez

  • OrientdeFrebourg - le 27/08

    L'escale sera soit à Dubaï aux EAU soit à Doha au Qatar!!! Mais Dubai au Qatar ce n'est pas possible!

Le mag

GRANDPRIX #113 GRANDPRIX n°113 FÉVRIER

GRANDPRIX #113

(GRANDPRIX n°113 FÉVRIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter