L’Allemagne invincible dans un championnat d’Europe à rebondissements, pas d'équipe de France à Tokyo

Crédit : Liz Gregg/FEI

Mardi 20 août - 18h59 | À Rotterdam, Lucas Tracol

L’Allemagne invincible dans un championnat d’Europe à rebondissements, pas d'équipe de France à Tokyo

Quiconque dira que tout est joué d’avance en dressage n’a pas assisté au Grand Prix des championnats d’Europe Longines de Rotterdam ! Si l’Allemagne a tenu son rang avec une énième médaille d’or, le podium a été complété par les Pays-Bas, de retour sur un podium de championnat, et la Suède. Promise à l’argent, la Grande-Bretagne a dû faire face à l’élimination de son meilleur couple… Côté Bleus, l'objectif de qualification olympique n'a pas été atteint. 

 - L’Allemagne invincible dans un championnat d’Europe à rebondissements, pas d'équipe de France à Tokyo

Profitant de l'élimination de Charlotte Dujardin, la Suède est montée sur le podium des Européens.
Crédit : Liz Gregg/FEI

L’Allemagne était attendue avec attention aux championnats d’Europe Longines de Rotterdam, et les troupes de Klaus Roeser n’ont pas été décevantes. Si Jessica von Bredow-Werndl et TSF Dalera BB ont commis quelques fautes inhabituelles hier, Dorothee Schneider, Sönke Rothenberger et Isabell Werth ont été d’une solidité remarquable. Si Cosmo 59 (79,084%) , le complice de Sönke Rothenberger, a fait quelques légers écarts, le jeune allemand s’est dit ravi de ce nouveau titre : “nous savions en venant ici que nous avions une équipe très solide et que tous nous couples pouvaient dépasser les 80%. Nos espoirs étaient donc importants. Toutefois, comme on l’a vu aujourd’hui, l’histoire n’est jamais écrite par avance. Par ailleurs, ma reprise n’a pas été d’une précision parfaite, a contrario de celle d’Aix-la-Chapelle”. Pour la reine du dressage mondial Isabell Werth, il s’agit là d’un énième titre, récolté en partie grâce à la meilleure reprise de l’épreuve sur une Bella Rose 2 (85,652%) flamboyante. Toutes deux partiront évidemment favorites dans le Spécial et la Libre. Et si Charlotte Dujardin et Mount St John Freestyle auraient bien pu leur faire une sacrée concurrence, il n’en sera finalement rien… 
 
Doubles médaillées de bronze l’an passé aux Jeux équestres mondiaux de Tryon alors que la belle brune n’avait que neuf ans, Charlotte Dujardin et sa jument auraient en effet pu donner du fil à retordre aux métronomes allemandes. Auteures d’une belle reprise notée à 81,910% aujourd’hui, les représentantes britanniques avaient propulsé la Grande-Bretagne sur la deuxième marche du podium. Mais quelques minutes avant la remise des prix, coup de théâtre ! Charlotte Dujardin apparait éliminée, les Pays-Bas sont en argent et la Suède en bronze. L’incompréhension domine, les journalistes britanniques et quelques membres du staff sont ahuris. En sortie de piste, du sang a été retrouvé sur le flanc gauche de Freestyle : la sanction est alors sans appel, le couple est éliminé pour l’épreuve et pour la suite de la compétition. La Grande-Bretagne recule ainsi au quatrième rang, offrant le bronze à la Suède et permettant aux Néerlandais de le troquer contre de l’argent. Les Oranje n’étaient plus montés sur un podium depuis les Européens d’Aix-la-Chapelle, mais le mauvais sort est désormais rompu grâce aux jeunes Anne Meulendijks et Emmelie Scholtens, respectivement sur MDH Avanti et Desperado, ainsi qu’aux deux piliers Edward Gal associé à Glock’s Zonik et Hans-Pieter Minderhoud sur Glock’s Dream Boy. “C’était une après-midi un peu bizarre cet après-midi”, a commenté ce dernier après l’épreuve, bien déterminé à ne plus revenir de championnat sans breloque :“Ce n’est pas si sympa de faire le voyage jusqu’à Rio et de revenir sans médaille dans la valise”, a-t-il blagué avec le bronze autour du cou. 

La France ne remplit pas son objectif de qualification olympique

La France ne remplit pas son objectif de qualification olympique - L’Allemagne invincible dans un championnat d’Europe à rebondissements, pas d'équipe de France à Tokyo

Ici représentée par sa meilleure cartouche Morgan Barbançon-Mestre, la France n'a pu décrocher son ticket pour Tokyo.
Crédit : PSV/Morel

Outre les médailles, Tokyo était dans l’esprit de nombreux protagonistes cet après-midi puisque trois dernières qualifications olympiques étaient en jeu. Si le Danemark s’est rapidement assuré un ticket malgré les quelques fautes de Charlotte Dufour et son excellent Atterupgaard’s Cassidy, crédités de 77,143%, la bataille s’est ensuite jouée entre l’Irlande, l’Autriche, le Portugal et la France. 
 
En ce deuxième jour de compétition, les Bleues savaient qu’elles n’avaient pas le droit à l’erreur à la suite de l’élimination de Charlotte Chalvignac et Lights of Londonnery hier. Après avoir abattu toutes ses cartes avec les reprises d’Arnaud Serre et Ultrablue de Massa (69,425%), Stéphanie Brieussel associée à Amorak (68,758%) et Morgan Barbançon Mestre avec Sir Donnerhall II (71,599%), la France n’a donc plus eu qu’à attendre le passage du Portugal et de l’Irlande. Relativement peu connues à ce niveau, les Irlandaises Kate Dwyer, Heike Holstein et Anna Merveldt ont été largement tirées vers le haut par Judy Reynolds et son chevronné Vancouver K, auteurs d’une reprise exempte de faute à 76,351%, malgré l’attitude assez fermée du hongre noir. Particulièrement grâce au score de ce quatrième couple – le meilleur de leur carrière - le quatuor venu de l’Île Verte est aujourd’hui entré dans l’histoire, s’assurant sa toute première qualification olympique.
Assez bien lancé avec les 71,786% de Rodrigo Torres et Fogosso hier, le pays ibérique a enfoncé le clou cet après-midi avec Maria Caetano et son Lusitanien Coroado, crédités de 72,329%. En additionnant leurs trois meilleurs scores, les Portugais ont donc cumulé 3,324 points de plus que les Bleus, qui sont donc passés à côté de leur qualification olympique. Il s’agissait pourtant de l’objectif fixé par la Fédération française d’équitation. Pour y parvenir, Jan Bemelmans aurait aimé compter sur un couple du niveau de Morgan Barbançon-Mestre et Sir Donnerhall II. Il aurait aussi espéré que Charlotte Chalvignac et son alezan puissent apporter à la France les quelques points manquants. 
Pour la suite de la compétition, seuls les trente meilleurs couples du Grand Prix pourront s'élancer dans le Spécial. Vingt-septième de l'épreuve, Morgan Barbançon-Mestre sera la seule à y prendre part jeudi, dès 16h. 

Les résultats par équipes ici
Les résultats individuels ici

La réaction de Jan Bemelmans ici
La réaction de Morgan Barbançon-Mestre ici
La réaction de Stéphanie Brieussel ici
 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter