“Timon sera au pic de sa forme à Rotterdam”, Alexis Deroubaix

Crédit : Timothée Taupin

Samedi 17 août - 16h05 | Propos recueillis par Lucas Tracol à Deauville

“Timon sera au pic de sa forme à Rotterdam”, Alexis Deroubaix

Sélectionné pour porter les couleurs de la France aux championnats d'Europe Longines de Rotterdam la semaine prochaine, Alexis Deroubaix est présent ce week-end au Longines Deauville Classic, où il concourt avec trois chevaux. En parallèle et en vue de l'échéance européenne, le protégé de la famille Chenu a également pris part à l'ultime stage de préparation de l'équipe de France avec son incroyable Timon d'Aure. Deux semaines après avoir remporté son premier Grand Prix CSI 5* à Dinard avec ce même gris, Alexis Deroubaix a répondu aux questions de GRANDPRIX. 

 - “Timon sera au pic de sa forme à Rotterdam”, Alexis Deroubaix

Début août à Dinard, Alexis Deroubaix et le fabuleux Timon d'Aure ont remporté leur tout premier Grand Prix CSI 5*.
Crédit : Éric Knoll/Jumping de Dinard

Vous êtes présent au Longines Deauville Classic avec Secret du Pays d’Auge et Bacarat d’Anchat dans le label CSI 3*, mais aussi Carmen du Plessis dans les épreuves réservées aux Jeunes Chevaux. Quel est le plan pour ces trois chevaux ? 
Secret du Pays d’Auge est un cheval qui dispose maintenant de métier sur de telles épreuves. Il devrait courir le Grand Prix demain. Baracat d’Anchat est une très bonne jument de huit ans, qui concourt ici pour poursuivre son cursus et avec à terme un objectif de commercialisation. Carmen du Plessis est quant à elle une jument “maison”, issue de l’élevage du Plessis à cent pour cent. C’est une fille de Paddock du Plessis avec comme mère Flore du Plessis II. Je pense qu’elle est vraiment une jument d’avenir ; elle dispose de capacités énormes. Elle fait son petit bonhomme de chemin tranquillement, et nous pensons vraiment qu’elle a le potentiel pour devenir une crack. 
 
En parallèle du Longines Deauville Classic, vous avez pris part au stage de préparation de l’équipe de France en vue des championnats d’Europe de Rotterdam. Comment s’est-il déroulé ? 
Le stage s’est déroulé sur deux matinées au haras de la Bosquetterie, chez Julien Épaillard. Tout s’est très bien passé, les chevaux ont dans l’ensemble très bien sauté. Il s’agissait de la dernière ligne droite, maintenant tous les regards sont tournés vers les championnats. L’ambiance était bonne mais tout de même studieuse. Les chevaux ont travaillé sur le plat et ont réalisé une petite séance d’obstacles. 
 
Comment se porte Timon d’Aure à moins d’une semaine du coup d’envoi des championnats ? 
Timon va très bien ! Il y a deux semaines, il a très bien sauté à Dinard (le couple y a remporté son tout premier Grand Prix CSI 5*, ndlr) et s’est un peu reposé depuis. Lors du stage, il n’a sauté qu’une seule fois au lieu de faire les deux jours. Il était très bien, et n’a pas spécialement besoin de sauter car il est déjà suffisamment sur la hauteur. 
 
Votre victoire à Dinard a non seulement dû être forte symboliquement car il s’agissait d’une première à ce niveau, mais a aussi dû être bénéfique pour la confiance… 
Oui absolument, cela met vraiment en confiance. Depuis le début d’année, Timon et moi avons connu un petit manque de réussite avec quelques bons parcours malheureusement pénalisés de quatre points. Même si cette victoire est de bon augure pour les championnats, une fois là-bas les compteurs seront remis à zéro. Cela prouve tout de même que le travail en amont a été bien fait et que Timon sera au pic de sa forme à Rotterdam. 
 

“Nous n’avons pas de complexes à avoir par rapport aux autres équipes”

Qu'avez-vous ressenti en remportant votre premier Grand Prix CSI 5* ? 
Dinard est un concours très prestigieux et la piste est difficile à monter, donc c’était vraiment formidable. Je connais très bien le site de Dinard car j’y suis souvent allé pour concourir dans les épreuves réservées aux Jeunes Chevaux pendant les deux années où j’ai travaillé en Bretagne. C’est une région que je connais et que j’aime bien ! 
 
Quel sera l’objectif à Rotterdam ? Comment jugez-vous les chances de qualification de la France pour les Jeux olympiques de Tokyo ? 
Nous sommes motivés, l’objectif est bien sûr de décrocher la qualification de la France pour les Jeux olympiques. Nos chevaux sont bons et habitués à obtenir de bons résultats. Nous n’avons pas de complexes à avoir par rapport aux autres équipes, notamment par rapport à d’autres compositions très fortes comme l’Allemagne. 
 
Vous avez couru vos premiers championnats mondiaux à Tryon il y a un peu moins d’un an. Allez-vous abordez-vous l’échéance différemment cette fois ?
J’espère en effet aborder ce championnat de façon différente, et notamment prendre davantage de risques lors de la Chasse. J’aimerais aussi bénéficier d’un peu plus de réussite et corriger des petits détails qui font finalement la différence. 
 
Vous avez récemment récupéré Top Class du Plessis. Comment vos débuts avec lui se passent-ils ?
Tout se déroule bien. Ce cheval-là a du métier, car il avait déjà réalisé plusieurs parcours à 1,45m et 1,50m avec Pierre-Marie Friant. Nous avons fait trois concours ensemble où il s’est bien comporté, notamment à Chantilly où il n’a commis qu’une seule faute dans le Grand Prix de la Ville, sur des barres à 1,55m-1,60m. Il n’avait jamais sauté un tel parcours mais a fait cela avec une facilité assez déconcertante. Je ne pensais pas qu’il avait autant de possibilités et j’ai été surpris de sa qualité. En ce moment, il souffle un peu car il n’y avait pas vraiment de concours intéressant pour lui, mais j’espère l’emmener à Saint-Tropez en septembre pour qu’il concourt au niveau CSI 4*. Il a de l’âge, et si possible, j’envisage de courir des Grands Prix CSI 5* en indoor avec lui. 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter