Alban Notteau met tout le monde d’accord à Fontainebleau

Alban Notteau et son tout bon Un de Plus du Clocher
Crédit : © PSV

Samedi 27 juillet - 18h19 | À Fontainebleau, Inès Maharavo

Alban Notteau met tout le monde d’accord à Fontainebleau

Cet après-midi, le ciel bellifontain du CSI 2* venait juste de laisser entrer ses premiers rayons de soleil lorsque Alban Notteau et son étalon Un de Plus du Clocher ont été annoncés vainqueurs de l’épreuve majeure. Le Français Alexis Deroubaix et sa Baracat d’Anchat se sont inclinés tandis que Patrick Guimbal et son étalon Vertige d'Amour se sont emparés la troisième place. 

Pour le deuxième jour de l’ultime week-end du Summer Tour de GRANDPRIX CLASSIC, la carrière O’Delant s’est refait une beauté pour accueillir l’épreuve majeure du CSI 2*. Dans l’épreuve de vitesse, la France a de nouveau été à l’honneur grâce à la performance d’Alban Notteau et de son puissant Un de Plus du Clocher. Après la victoire de Nicolas Delmotte la veille sur des barres cotées à 1.45m, la Marseillaise a, cette fois, félicité le beau sans-faute du Normand, réalisé en un temps record de 64“85. Sur les cinquante-deux partants, le Tricolore a été le quatorzième à prendre le départ de l’épreuve et est resté indétrônable. Souplesse et puissance ont été au rendez-vous et ont confirmé l’osmose sportive flagrante du couple. "Je suis assez content d’Un de Plus (du Clocher, ndlr). C’est un cheval que je viens de rentrer dans mes écuries, il y a quelques semaines. Il a très bien réagi sur cette 1.45m. Il s’est également comporté de belle manière aujourd’hui face au nouvel d’environnement, dû au changement de piste. L’épreuve était assez fautive, et je ne pensais pas avoir été très rapide. Mais il s’avère que sur cinquante partants, je suis parvenu à l’emporter, bien que je sois passé en début d’épreuve", a déclaré le vainqueur à la sortie de son tour d’honneur. Il est vrai que la prestation de son fils de Calvaro a véritablement impressionné ses concurrents, à l’image de Patrick Guimbal. Le cavalier Nordiste a dû scruter l’évolution de l’épreuve avec grande attention. Il faut dire que ce dernier était parti en numéro huit, avec son étalon par Le Tot de Semilly, Vertige d’Amour, et a réalisé d’entrée de jeu un très rapide parcours en 66“. Pourtant, il s’est malencontreusement fait dépasser par son confrère Alexis Deroubaix. Sur sa splendide Baracat d’Anchat, ce dernier s’est démené pour surpasser son coéquipier, bien installé en pole position. Au final, il a dû se contenter de la deuxième place, accusant un retard de 1”12. 
Fort de ses succès préalables, le Tricolore Raphaël Goehrs s’est battu en selle sur son hongre de dix ans, Vitellius des Dames. Malheureusement pour eux, ils ont atteint la cinquième place. Pour cause : les vingt-deux centièmes de retard sur le chronomètre de l’Américaine Taylor Alexander. L'amazone avait pour l'occasion sellé son étalon, Ryanair de Riverland. Le duo est arrivé au pied du podium.

Par ailleurs, l’épreuve ne manquait pas de champions de la discipline puisqu’on a pu noter la présence du Brésilien Rodrigo Pessoa. En selle sur son fils de Quintender, Quality FZ, le cavalier a en effet montré toute la qualité de la paire qu'il forme avec sa monture, signant un exemplaire sans-faute. Cependant, le chronomètre lui a joué des tour et l’Auriverde s’est adjugé une dixième place. Juste devant lui, le Tricolore Marc Dilasser sur Arioto a conclu avec le même bilan. Son compatriote, Thierry Rozier, a, pour sa part, connu moins de chance avec sa jument Star. Ils ont bouclé le parcours le plus rapide de l’épreuve, en 64“18, mais une barre à terre les a laissé à la quatorzième place.

Les résultats complets ici.

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #111 GRANDPRIX n°111 NOVEMBRE

GRANDPRIX #111

(GRANDPRIX n°111 NOVEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter