La Coupe des nations d’Aix-la-Chapelle réussit décidément très bien à Pénélope Leprevost

Mylord Carthago, Ratina d'la Rousserie et Vancouver de Lanlore ont tous trois permis à Pénélope Leprevost de signer des double zéro dans la Coupe des nations d'Aix.
Crédit : Scoopdyga

Vendredi 19 juillet - 15h55 | À Aix-la-Chapelle, Lucas Tracol

La Coupe des nations d’Aix-la-Chapelle réussit décidément très bien à Pénélope Leprevost

Lorsque Pénélope Leprevost accepte de porter les couleurs de la France dans la Coupe des nations d’Aix-la-Chapelle, c’est qu’elle est certaine de pouvoir bien y figurer. Et elle le prouve ! La meilleure amazone française en a encore fait la démonstration hier soir, en signant un sublime double zéro avec Vancouver de Lanlore. Retour en chiffres sur les performances de la Française dans cette mythique épreuve. 

Troisième hier dans la Coupe des nations d’Aix-la-Chapelle hier soir, la France a une fois de plus pu compter sur Pénélope Leprevost, auteure de deux parcours immaculés avec un Vancouver de Lanlore au sommet de son art, ce qui a évidemment ravi sa cavalière. Encore en formation l’an passé, l’étalon, propriété du Suisse François Vorpe, a montré qu’il était dans une forme éblouissante, à seulement un mois avant le début des championnats d’Europe Longines de Rotterdam. Cette réussite dans la mythique épreuve par équipes aixoise n’est pas une première pour la championne olympique par équipes, qui a signé un quatrième double zéro pour sa sixième participation ! 
 
L’idylle entre Pénélope Leprevost et la pelouse du stade de la Soers a débuté en 2009, année lors de laquelle elle a signé une prestation parfaite dans la Coupe des nations avec l’énergique Jubilée d’Ouilly, sa première grande jument. Aux côtés de Roger-Yves Bost sur Idéal de la Loge, Timothée Anciaume associé à Lamm de Fétan et Kevin Staut juché sur Kraque Boom, l’amazone était d’ailleurs montée sur la plus haute marche du podium. Une sacrée première ! La pétillante baie a ensuite laissé la place au surpuissant Mylord Carthago, double zéro lui aussi en 2010. Cela n’avait toutefois pas suffit pour que la France finisse mieux qu’à la quatrième place, ex-æquo avec la Suisse. Toujours avec son gris par Carthago, retraité depuis 2014, Pénélope Leprevost avait signé un premier sans-faute en 2011 avant de concéder huit points en deuxième manche. Deux fautes qui ont été oubliées l’année suivante, puisque le duo a signé en 2012 une Coupe des nations impeccable, participant activement au succès tricolore avec Eugénie Angot sur Old Chap Tame, Olivier Guillon avec Lord de Theize et Roger-Yves Bost associé à Nippon d’Elle. Moins en verve en 2014, Mylord Carthago avait concédé quatre puis un points. 
Si le stade de la Soers n’avait pas accueilli de CSIO en 2015 en raison de l’organisation des championnats d’Europe quelques mois plus tard, Pénélope Leprevost s’était justement illustrée lors de l’échéance continentale. En selle sur la géniale Flora de Mariposa, la Normande avait conclu la Chasse en tête, avant de signer un sans-faute dans la première épreuve par équipes et de laisser une barre à terre dans la seconde. Les Bleus avaient conclu l’épreuve par équipes à une décevante cinquième place, tandis que Pénélope et sa fille de For Pleasure avaient terminé la compétition individuelle au pied du podium. 
 
De retour à Aix-la-Chapelle en 2016, Pénélope Leprevost avait de nouveau signé une Coupe impeccable, cette fois avec la si généreuse Ratina d’la Rousserie. La minuscule baie par Quaprice Bois Margot avait impressionné son monde, en franchissant avec une volonté rare d’énormes obstacles, bien plus gros qu’elle ! L’histoire s’est donc répétée hier soir avec Vancouver de Lanlore, le nouveau cheval de tête de l’amazone, qui, après un début de saison parfait, semble bien parti pour défendre la qualification olympique de la France aux Européens de Rotterdam fin août. En attendant, tous deux affronteront le Grand Prix dominical, qui a jusqu’alors toujours résisté à Pénélope Leprevost. Jusqu’alors, la meilleure performance de la Française dans ce rendez-vous est une huitième place avec Jubilée d’Ouilly, en 2009. Souhaitons-leur d’inverser la tendance dans deux jours !
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #112 GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER

GRANDPRIX #112

(GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter