“Nous parlons le même langage”, Guillaume Carlier

Horse Immo partenaire du Jumping International de Bordeaux
Crédit : Sportfot

Mardi 16 juillet - 14h59

“Nous parlons le même langage”, Guillaume Carlier

Créée en 2014, Horse Immo, société immobilière spécialisée dans l’achat et la vente de propriétés équestres a su s’imposer rapidement comme leader sur le marché français. Grâce à l’expertise équestre des agents qui la composent aujourd’hui, la jeune société intervient dans de très nombreuses transactions immobilières sur l’ensemble du territoire. Rencontre avec son fondateur et directeur, Guillaume Carlier.

 - “Nous parlons le même langage”, Guillaume Carlier

Guillaume Carlier a lancé Horse Immo il y a maintenant cinq ans, alors qu’il constatait un vide dans le secteur de l’immobilier équestre.
Crédit : DR

Créateur et directeur de Horse Immo, votre parcours personnel et professionnel vous destinait-il à devenir agent immobilier spécialisé dans les propriétés équestres ?
 
Je suis passionné d’équitation depuis l’enfance. J’ai débuté l’équitation à l’âge de cinq ans à Nantes puis j’ai pratiqué la compétition jusqu’à entrer dans l’équipe de France de concours complet poneys et juniors. En parallèle, j’ai suivi une formation en école de commerce avant de partir faire mes premières expériences dans l’immobilier en Amérique du Nord. Là-bas, j’ai créé ma première agence immobilière avec des copains étudiants à HEC Montréal.
De retour en France, je me suis vu confier la vente d’un centre équestre à côté de chez moi. J’ai réalisé cette vente avec l’aide d’un ami et nous avons alors fait le même constat. Il y avait un vide dans le secteur immobilier et les professionnels de la filière équestre n’avaient pas d’interlocuteur spécialisé auquel faire appel lors d’une vente ou d’une recherche de bien. Alors en 2014, nous avons décidé de créer Horse Immo.
Mon évolution professionnelle n’était donc pas toute tracée, mais en regardant en arrière aujourd’hui, cela semble une suite logique. Ce métier me permet aujourd’hui de garder un pied dans le monde du cheval qui m’a toujours passionné.
 
Passionné d’équitation depuis toujours et cavalier durant de nombreuses années, que vous apporte cette expérience personnelle dans votre travail au quotidien ?
 
Ma vision de cavalier est essentielle à mon travail ! Elle me permet de parler le même langage que mes clients. C’est un milieu de niche et il est primordial de savoir de quoi nous parlons lorsque nous nous adressons aux vendeurs et acquéreurs.  Ma connaissance du milieu équestre me procure aussi une sensibilité différente quant aux installations et à leur utilité. Je sais ce qu’est ce métier et je comprends parfaitement les attentes et demandes de nos clients. D’ailleurs, la totalité de l’équipe qui m’entoure aujourd’hui a une fine connaissance du milieu équestre. C’est ce qui fait notre force !

 - “Nous parlons le même langage”, Guillaume Carlier

Vue aérienne d’un domaine équestre au cœur de la Sologne.
Crédit : Horse Immo

Un marché de niche comme celui-ci aurait pu être risqué. Comment se sont passées les premières années et quel regard portez-vous sur ce marché aujourd’hui ?
 
Notre activité s’est d’abord développée dans l’ouest du pays, en seulement quelques semaines nous avons reçu une quinzaine de demandes de vendeurs. Nous nous déplacions beaucoup pour aller à la rencontre des vendeurs qui nous contactaient, nous avons travaillé très dur avec beaucoup d’énergie et peu de moyens. Mais en une année Horse Immo s’est stabilisée.
Depuis la société se développe sereinement. Aujourd’hui nous sommes leader dans notre domaine en France. Nous en sommes très fiers !
Le marché de l’immobilier équestre suit toujours, de prêt ou de loin, le marché de l’immobilier « classique ».  Actuellement, le marché est solide et sain avec une persistance de taux d’emprunt relativement bas. L’équitation est le troisième sport français en nombre de licenciés ce qui engendre un très grand nombre de propriétés équestres en France. On en compte aujourd’hui plus que de pharmacies ! À l’heure actuelle, nous avons un portefeuille de plus de cinq cents propriétés à vendre sur l’ensemble du territoire. Le marché est porteur. Cette année, nous réalisons une augmentation du nombre de nos transactions de 30% par rapport à l’année dernière. Le marché est cependant difficile car les formes de structures sont très variées et le niveau d’exigence des clients, élevé.
 
Vous êtes actuellement une dizaine au sein de la société, comment est réparti le travail et comment gérez-vous les relations internes quant aux kilomètres qui vous séparent les uns des autres ?
 
Je suis à la direction à Paris et je m’occupe de la gestion de l’entreprise et de la direction commerciale. Malgré la distance, je suis en lien direct avec tous mes collaborateurs installés en région. Au-delà des échanges téléphoniques que nous avons chaque jour, nous essayons aussi de nous voir le plus régulièrement possible.
Les agents Horse Immo échangent aussi très souvent entre eux. Nous sommes très proches. Nous travaillons également en collaboration avec les institutions locales, les Safer, les notaires, les conseillers financiers et tous les spécialistes impliqués dans les transmissions de propriétés.
Nous partageons quotidiennement nos expériences et cela fait grandir nos compétences. Nous sommes également partenaires de nombreux événements équestres, comme par exemple le CSIO de la Baule, le CSI de Bordeaux et de Chantilly, qui sont souvent de belles occasions de nous retrouver.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans notre hors-série d'été consacré à l'immobilier équestre, disponible actuellement en kiosques et sur notre site.

Visitez le site www.horse-immo.fr

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #108 GRANDPRIX n°108 JUILLET-AOÛT

GRANDPRIX #108

(GRANDPRIX n°108 JUILLET-AOÛT)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter