Cap sur la quatrième étape de l'Event Rider Masters de Jardy

Crédit : PSV/Morel

Vendredi 05 juillet - 11h24 | À Jardy, Justine Mattioli

Cap sur la quatrième étape de l'Event Rider Masters de Jardy

Pour sa troisième édition, l’Event Rider Masters (ERM) posera une nouvelle fois ses valises à Jardy lors de la quatrième étape, les 13 et 14 juillet prochain. Jim O’Toole (directeur général de l’ERM), Emmanuel Feltesse (directeur du haras de Jardy et président du CREIF), Sophie Dubourg (directrice technique nationale), Thierry Touzaint (sélectionneur national), le régional de l’épreuve, Sidney Dufresne (cavalier international) et le chef de piste Pierre Michelet étaient présents jeudi 4 juillet pour une conférence de presse plutôt atypique puisqu’elle avait lieu au milieu du gué. 

 - Cap sur la quatrième étape de l'Event Rider Masters de Jardy

Crédit : PSV/Morel

Après Chatsworth, Wiesbaden et Arville, le prestigieux circuit de concours complet de l’Event Rider Masters (ERM) fait étape à Jardy avant Millstreet et Lignières. Une belle occasion d’aborder les succès de l’ERM et l’actualité de la discipline.
Sur une scène, les pieds dans l’eau, Jim O’Toole a évoqué son souhait de développer l’ERM et de proposer sept ou huit étapes même s’il est conscient des difficultés logistiques que cela pourrait poser aux cavaliers dans la gestion de leur planning sportif. Sophie Dubourg a quant à elle insisté sur l’émergence d’un circuit où les “codes ont été bouleversés” puisque la compétition se court sur deux jours et que le test de dressage se fait en musique.
L’étape Jardy a été orchestrée par Pierre Michelet qui a annoncé un “parcours de cross presque à 100% différent, avec des combinaisons et des profils d’obstacles modernes et plus étroits. Des obstacles très techniques en directions, en vitesse et en foulées”.

Jardy sur la route de Luhmühlen ?

L’ERM a gagné en renommée et s’est imposé dans le paysage du concours complet. Jardy sera une étape décisive pour la sélection en vue des championnats d’Europe de concours complet de Luhmühlen (28 août – 1erseptembre). Thierry Touzaint a indiqué que sur les huit couples français présents à l’ERM, six sont potentiellement sélectionnables : “Cinq cavaliers iront ensuite à Aix-la-Chapelle (du 18 au 20 juillet) et dans les jours suivants cette compétition, j’annoncerai la sélection”. Cette année, les championnats permettront d’emmener une équipe composée de “valeurs sûres” mais aussi d’ouvrir à des couples en formation puisque la France n’a pas à subir la pression des qualifications pour les JO de Tokyo.

Une médiatisation de taille

Pour Sidney Dufresne, l’ERM a réellement eu un impact sur la médiatisation de la discipline. Chaque couple est filmé (notamment pour les sponsors) grâce aux neuf caméras réparties sur le parcours de cross ainsi qu’aux caméras embarquées sur les casques. Toute la compétition est diffusée en direct. “Nous réalisons également six vidéos avec le meilleur cavalier où celui-ci commente son parcours sur le mode de la Masterclass”.Un avantage à la fois pour les fans et pour les néophytes. 
Les caméras sont également importantes pour le jugement aux obstacles, notamment depuis les changements de règlement (les fameux fanions sur les directionnels) puisqu’elles permettent de faire l’arbitrage.
Tous les participants ont souligné la complexité des nouvelles règles en vigueur dans le concours complet en termes de lisibilité, de suivi et de médiatisation… une affaire à suivre.
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter