Clean Endurance se félicite de trois condamnations pour maltraitance prononcées par le tribunal de la FEI

Crédit : Scoopdyga

Mardi 02 juillet - 14h50 | Lucas Tracol

Clean Endurance se félicite de trois condamnations pour maltraitance prononcées par le tribunal de la FEI

Le groupe d’activistes Clean Endurance s’est félicité des sanctions appliquées par le tribunal de la Fédération équestre internationale (FEI) à trois cavaliers Émiratis accusés de maltraitance. Les suspensions vont de douze à trente mois et les amendes de quatre à neuf mille francs suisses. 

Le tribunal de la Fédération équestre internationale (FEI) a rendu son verdict concernant trois plaintes déposées par le groupe Clean Endurance. Les trois cas impliquent des cavaliers émiratis ayant poussé à l’épuisement, frappé ou talonné excessivement leurs chevaux durant la saison hivernale. Castlebar Nato, le cheval de Khalid Jumaa Salem Al Khatri, s’est d’ailleurs fracturé le canon de l’antérieur droit après avoir lourdement trébuché à deux reprises. Le comité vétérinaire de la FEI a reconnu qu’il s’agissait d’une fracture de fatigue, le cheval n’ayant pas connu de choc significatif à ce niveau. Déclaré boiteux lors du CEI 1* 100 km d’Abou Dabi, Castlebar Nato n’a pas été euthanasié mais a été transporté en clinique vétérinaire. Son cavalier a été condamné à une suspension de trente mois ainsi qu’à une amende de 9000 francs suisses et à 1000 francs suisses de participation aux frais de procédure. 
 
Concernant Sarab (ex Radja d’Altus), le cheval d’Abdul Rahman Saeed Saleh Al Ghailani, il aurait été poussé par plusieurs personnes de l’entourage de son cavalier. Ce dernier a également fortement sollicité son cheval à l’aide de ses rênes, avant de le frapper avec une bouteille d’eau, ce que le règlement de la FEI interdit évidemment. Il a répondu aux accusations, se défendant notamment pour les importants coups de jambe donnés à son cheval : “Je reconnais que mon équitation n’a pas été d’un style parfait, et je vais prendre en compte que cela peut être mal interprété dans le futur. Cela est une norme en endurance d’encourager le cheval de cette façon lors d’un finish, et on le voit régulièrement dans des compétitions en Europe et partout dans le monde. Cela est encore plus visible lorsque l’on monte avec une selle Setzi, sans quartiers et avec des étriers plus longs”. Suspendu douze mois, Abdul Rahman Saeed Saleh Al Ghailani a également écopé de 4000 francs suisses d’amende et 1000 euros de frais de procédure. 
 
Enfin, au sujet de Songbirf FF, les faits ont eu lieu lors du CEI 1* 100km d’Abou Dabi. L’entraineur et les grooms de Mohammed Saeed Al Blooshi y auraient poussé et frappé le cheval. Le cavalier dont la conduite n’a pas été jugée exemplaire non plus s’est défendu en soutenant que son entourage avait pour intention “d’aider et de guider” sa monture. Un argument pas vraiment pris au sérieux par le tribunal de la FEI, qui l’a condamné à dix-huit mois de suspension et 6000 francs suisses, avec en sus 1000 euros de frais de procédure. 
 
Clean Endurance, qui passe au peigne fin de nombreuses diffusions de courses d’endurance, a publié les images choquantes de Songbird FF (disponibles ici) et Sarab (disponibles ici). Le groupe a reconnu les efforts faits ces derniers mois par la FEI et le comité temporaire, regrettant toutefois qu’à moins que l’endurance ne s’éloigne de compétitions purement basées sur la vitesse, les cas de maltraitance se multiplieront encore. Clean Endurance regrette également d’avoir dû de nouveau intervenir pour que ces cavaliers soient punis, alors même que “si les officiels avaient fait leur travail, cela n’aurait pas été nécessaire”
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter