Maikel, Bassem et Julien se livrent une bataille sans merci à Monaco

Crédit : Sportfot

Dimanche 30 juin - 01h00 | Lucas Tracol

Maikel, Bassem et Julien se livrent une bataille sans merci à Monaco

Pour la dixième étape du Longines Global Champions Tour, l’hymne néerlandais a résonné sur le Rocher de la principauté de Monaco. Maikel van der Vleuten s’y est en effet imposé avec Beauville Z, devançant le Qatarien Bassem Mohammed ainsi que le Tricolore Julien Épaillard avec Usual Suspect d’Auge, que l’on a bien cru vainqueur un bon moment. Olivier Robert et Kevin Staut se sont eux aussi classés.

Il y a des barrages que l’on pense imbattables, et pourtant… Sous les yeux d’Olivier Giroud, acteur de la victoire des Bleus dans la Coupe du monde de football l’an dernier, le barrage s’est couru tambour battant ce soir sur le Rocher. 
 
Deuxième à s’élancer dans ce test au chronomètre dans le Grand Prix du Longines Global Champions Tour de Monaco, Julien Épaillard a tenté le tout pour le tout. Dès la réception du numéro un, le Normand a demandé à son Usual Suspect d’Auge de galoper à bâtons rompus, tout en serrant franchement les tournants. Auteurs d’un superbe demi-tour pour aborder l’avant-dernière ligne, les lauréats de l’étape de Doha ont franchi la ligne d’arrivée en 33“52. Beaucoup pensaient alors l’épreuve pliée, mais il n’en a rien été. Motivé par le challenge lancé par le Français, Bassem Mohammed a lancé Gunder à pleine vitesse, enlevant des foulées partout où il a pu. Bien conscient que son hongre de treize ans n’est pas aussi rasant et rapide au sol qu’Usual Suspect d’Auge, le Qatarien s’est franchement employé à le relancer dès que possible et à le faire tourner au cordeau. Question académisme on repassera, mais qu’importe, le chronomètre affiche quatre dixièmes de moins. Lauréat de ce Grand Prix en 2014 avec Victoria – le premier d’une telle envergure dans sa carrière – Bassem Mohammed était en bonne place pour réécrire l’histoire, cinq ans plus tard. Mais Maikel van der Vleuten n’a pas été du même avis…
Au départ du barrage à la suite de Bassem Mohammed, le Néerlandais a pu analyser toute la tactique de son concurrent dans le couloir qui relie le paddock à la piste. Et ses observations ont porté ses fruits puisqu’en suivant quasiment le même plan que son concurrent et grâce au galop un brin plus vif de Beauville Z - neuf ans seulement - que celui de Gunder, Maikel van der Vleuten s’est imposé, amputant six centièmes à ce qui était alors le chronomètre de référence. Une semaine après son succès dans le Grand Prix CSIO 5* de Gessteren sur Dana Blue, le fils de l’iconique Eric van der Vleuten a donc profité de son escale monégasque pour surfer sur la vague du succès. 
 
Avant de pouvoir célébrer sa victoire, le Néerlandais a toutefois dû attendre avec appréhension le passage de deux adversaires redoutables : Henrik von Eckermann et Kevin Staut. Sur sa meilleure jument Tovek’s Mary Lou, le Suédois a peut-être perdu un peu de temps dans le demi-tour en fin de course. Sorti de piste déçu en 34“14, il a aujourd’hui dû se contenter de la quatrième place. Vainqueur de l’épreuve qualificative pour ce Grand Prix et auteur d’un superbe premier parcours, Kevin Staut avait de légitimes prétentions à la victoire avec For Joy van’t Zorgvliet*HDC. Malheureusement, le bai par For Pleasure a posé les postérieurs trop fort sur le vertical n°3, avant de laisser l’avant-dernier oxer à terre. Avec huit points, le duo a terminé en queue de peloton du barrage, à la dixième place. 
Toujours du côté français, soulignons la jolie performance d’Olivier Robert, septième avec une faute sur le vertical n°3 (là encore) au barrage. Sélectionné pour représenter la France au CSIO 5* de Falsterbo du 11 au 14 juillet, Vangog du Mas Garnier a en tout cas fait étalage de tout son talent en première manche. 
 
Fait assez rare pour être souligné, Clooney 51 a laissé une barre à terre lors du parcours initial du Grand Prix. Avec le tour à quatre points le plus rapide, il a tout de même offert la douzième place à son cavalier. Deux rangs plus loin, on retrouve le Japonnais Mike Kawai, auteur d’un encourageant parcours à quatre points avec sa toute nouvelle recrue Celvin, auparavant monté par le Belge Jérome Guéry. 
 
Les résultats ici
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter