“Uitlanders du Ter est vraiment en pleine forme”, Benoit Cernin

Crédit : Scoopdyga (archives)

Vendredi 21 juin - 16h46 | Propos recueillis à Fontainebleau par Célia Vallet

“Uitlanders du Ter est vraiment en pleine forme”, Benoit Cernin

Benoit Cernin, cavalier Rhône-alpin très en forme depuis le début de la saison, fait partie des candidats en lice pour les championnats de France Pro Élite by Équi Générali. Dix-huitième hier dans l’épreuve de chasse avec son excellent Uitlanders du Ter, il partage son ressenti sur sa situation actuelle, et ce championnat où il est venu avec six chevaux.

“Hier, j’ai fauté sur l’obstacle numéro un, mon cheval n’y est pour rien. Je n’ai pas voulu l’ouvrir malgré la distance lointaine. Pourtant j’ai l’habitude de monter sur un terrain avec dénivelé ! Mais le Grand Parquet ne nous a jamais bien réussi avec Uitlanders. Il est souvent tendu. Nous sortions de Lons le Saunier, où il avait superbement sauté, donc je me suis demandé comment il allait être à Fontainebleau. Quand je suis rentré sur le terrain tout allait bien, mais lorsque j’ai essayé de mettre un peu de pression dans le galop, il est devenu différent. En revanche, plus on allait dans le parcours et mieux il était. Il a réussi le double de verticaux que je craignais énormément. Il est vraiment en pleine forme.

La piste est très dense en herbe et le terrain est dur dessous, donc elle peut être glissante. Mais mes chevaux sont habitués, on s'entraîne tous les jours sur herbe.

Uitlanders a débuté le travail à cinq ans avec Alizée sur des cycles classiques de six ans. À sept ans il a pris du caractère donc je l’ai récupéré et gardé (il est aujourd’hui âgé de onze ans, ndlr). Il a un très bon mental, mais est sensible aux détails : il a peur de beaucoup de choses auxquelles ont ne s’attend pas. Mais il évolue constamment. Il commence à prendre du plaisir dans ce qu’il fait et je le sens vraiment avec moi. Ce week-end j’ai emmené six chevaux, notamment deux qui sont arrivés aux écuries il y a peu, ainsi que deux chevaux d’Eric Levallois.

Le nombre d’engagés est vraiment faible. On entend dire que le Grand Parquet abîme les chevaux… C’est pourtant des pistes qui préparent aux concours importants ! Et je pense qu’il est bon de savoir monter sur des pistes comme celles-ci. C’est un bon tremplin pour la suite.

Je suis nostalgique par rapport à la valeur qu’a eu le titre de champion de France les années précédentes. Je trouve qu’on ne s’en souvient pas assez. C’est dommage.”

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #112 GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER

GRANDPRIX #112

(GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter