Lundi 06 juin - 15h07 | AnneClaireL

Reliable Man enlève le Prix du Jockey Club

Au lendemain de la victoire historique du Cantilien Pour Moi dans le Derby d'Epsom, le Prix du Jockey Club (groupe I - 2.100 mètres - 1.500.000 euros), disputé à Chantilly sur l'hippodrome des Princes de Condé poursuivait la sélection classique des poulains de trois ans au plus haut niveau.


Il s'agissait d'une course très ouverte sans favori incontournable avec beaucoup de participants qui ne s'étaient pas encore rencontrés. Et de fait, c'est Reliable Man (Dalakhani et On Fair Stage), un poulain invaincu en deux tentatives mais qui affrontait pour la première fois des adversaires de ce niveau, qui l'a emporté à la cote de 8/1.


Entraîné par Alain de Royer-Dupré, à qui il permettait de remporter une sixième victoire dans ce classique, et piloté par le jockey vétéran Gérald Mossé, Reliable Man a été monté à la perfection sur la piste si particulière de Chantilly où il ne faut pas demander un effort prématuré aux chevaux. Mossé s'est contenté de suivre le rythme imposé par les leaders jusqu'à mi-ligne droite où il a pu commander son partenaire. Celui-ci a flotté un instant en pleine piste puis, prenant son mors, il a fourni une franche accélération pour prendre la mesure du très régulier Bubble Chic (Chichicastenango), le reléguant à trois quarts de longueur au passage du disque d'arrivée.


Deux longueurs plus loin, la troisième place, vivement disputée, est finalement revenue au favori Baraan, un autre fils de Dalakhani, au prix d'un bel effort final devant l'Anglais Colombian (Azamour) et le vainqueur de la Poule d'Essai des Poulains Tin Horse (Sakhee) séparés par deux nez. Baraan portant les couleurs de S.A. Aga Khan avait complètement manqué son départ, quittant seulement les stalles de départ alors que ses rivaux étaient déjà au moins à une vingtaine de longueurs. Or, dans une telle course, il est pratiquement impossible de refaire autant de chemin et ce "grand malheureux" pourra sans doute en appeler de cette défaite. « Nous allons nous employer à lui apprendre à mieux sortir des boîtes de départ », en vue du Grand Prix de Paris (groupe I - 2.400 m. à Longchamp) lançait S.A. Aga Khan, très philosophe à l'issue de l'épreuve et de conclure : « C'est un poulain qui a de la classe. » 


« Classe », c'est aussi le mot qu'employait Alain de Royer-Dupré à propos de son protégé Reliable Man : « Nous savions que ce poulain avait de gros moyens et c'est pour cette raison que nous avons rapidement changé de catégorie depuis ses débuts passant d'une course F (bas de gamme, ndlr) à Saint-Cloud en avril et une course B à Chantilly le 9 mai à une épreuve de groupe I, soit du plus bas au plus haut de l'échelle en quelques semaines. » Il faut dire que lors de ces deux victoires enlevées avec beaucoup de marge, le poulain avait convaincu les observateurs. Il ne fallait cependant pas perdre de temps Reliable Man n'ayant débuté en compétition que voici deux mois et demi. Mais très vite son entourage a compris qu'il était bien le « mâle sur qui l'on peut compter » et d'ailleurs, il porte les couleurs du Pride Racing Club, une casaque qui fut très heureuse sur le sol français avec l'excellente jument Pride gagnante à de nombreuses reprises et placée dans le Prix de l'Arc de Triomphe ; un chemin sur les sommets que Reliable Man semble capable de suivre !

 
A Chantilly, Jean-Noël Gontier
 

À lire également...

Réagissez