Une quatrième victoire pour Christopher Burton dans le CCI 4*L de Saumur

Un splendide podium clôture cette édition 2019 de Saumur
Crédit : Pauline Chevalier

Dimanche 26 mai - 23h33 | À Saumur, Pauline Chevalier

Une quatrième victoire pour Christopher Burton dans le CCI 4*L de Saumur

Christopher Burton aime les concours français, et particulièrement Saumur où il vient très souvent depuis 2012. Cette année, l'Australien a décroché une quatrième victoire en dominant la situation de bout en bout. Une démonstration sur les trois disciplines avec son superbe Polystar I. Les Français ont eux aussi été en très grande forme avec des parcours de cross puis de jumping très bien réalisés, pour la plus grande satisfaction du staff tricolore.  

Burton devant, les français se battent pour les accessits

Burton devant, les français se battent pour les accessits - Une quatrième victoire pour Christopher Burton dans le CCI 4*L de Saumur

Utrillo du Halage réussit un beau sans faute avec Jean-Lou Bigot
Crédit : Pauline Chevalier

Aujourd'hui à Saumur, le saut d’obstacles sur une piste en herbe toujours fautive a été le théâtre d’une ultime bataille de belle qualité. Les Français ont démontré avec application leur talent dans cette épreuve en réalisant de nombreux sans-faute. Nicolas Touzaint et sa première monture Vendée Globe’Jac*HDC ont montré l’exemple. Certes, le couple vainqueur de Vairano n’a pas rempli son contrat de qualification mais le bai est encore vert à ce niveau et le cavalier angevin s’en veut beaucoup ce soir de n'avoir pas correctement monté son cross. Nul doute que l’on reparlera de ce cheval prochainement. Après Nicolas Touzaint, seulement sept couples ont trouvé la solution du parcours. S’il a mis trois barres à terre, Mathieu Lemoine a conservé un classement avec Tzinga d’Auzay. Mais Camille Lejeune et Uster de Chanay, couple très en forme depuis le début de saison, lui est passé devant en signant un beau sans-faute. Nicolas Touzaint et Absolut Gold ont quant à eux mis deux barres à terre. Une fois encore, Nicolas a avoué “s’en vouloir d’avoir mal monté ce cheval formidable, ce crack en train de monter en puissance”. Les pronostics vont désormais bon train pour un voyage en Allemagne vers le championnat d’Europe.
Devant eux, Julien Guillot et Elvis ont démontré une fois encore leur talent. Ce couple ne cesse d’impressionner à chaque sortie. Julien, cavalier amateur, vit un rêve éveillé mais aborde avec beaucoup de sang froid et d’application chaque épreuve. Avec RNH MC Ustinov, Victor Levecque doit s’en vouloir de cette barre qui leur a fait perdre le podium. Mais le champion d’Europe Jeunes Cavaliers n’a pas fini de faire parler de lui. Il a désormais toute sa place dans la cour des très grands.
Ces erreurs ont bénéficié à deux autres cavaliers : Christopher Six et Totem de Brecey tout d’abord et Jean-Lou Bigot et Utrillo du Halage. Totem et Christo donnent des émotions à leurs propriétaires Mme et M. Souweine. Leur sans-faute sans trembler leur a permis d’obtenir une troisième place méritée. Avec le même score vierge, Jean-Lou Bigot a signé une performance très méritée, qui lui a permis de monter sur la deuxième marche du podium. Alors qu’il avait une barre d’avance en entrant en piste, Christopher Burton et Polystar I ont pourtant réalisé une démonstration pleine de maitrise, le cheval ayant déjà tourné en épreuve à 1,45m en CSI4*. C’est un doublé pour le cavalier australien après sa victoire de 2018, et la quatrième en tout. “C’est une telle chance pour moi d’avoir un cheval si formidable. Nous adorons venir à Saumur car c’est un concours où l’ambiance est très agréable, l’accueil chaleureux et que mes chevaux aiment bien. Cette année, le parcours de cross était plus tournant que d’habitude mais monter de tels parcours est un travail réellement difficile. Je serais de retour l’an prochain sans nul doute !”, s'est réjoui le vainqueur
 

Les français dominent les autres épreuves

Les français dominent les autres épreuves - Une quatrième victoire pour Christopher Burton dans le CCI 4*L de Saumur

Alex Huan Tian un des acteurs de la délégation chinoise
Crédit : Pauline Chevalier

Cette année, avec le nouveau format des épreuves, Saumur avait ajouté une épreuve à son programme. Il y avait donc un CCI2*L, un CCI3*-S et un CCI3*-L en plus du CCI4*-L. La première épreuve courue a vu la victoire de Nicolas Pertusa et Vinsou de Moselly. Le cavalier du nord qui avait souvent été dans les classements a enfin remporté une victoire méritée. Il a devancé Camille Lejeune sur Canzonetta des Isles et Donatien Schauly avec Cyrius de Carneville. Dans le CCI3*-S, la bataille finale du cross a donné des sueurs froides à Pierre Texier et Joli Cœur Drum U VH JU qui l’ont emporteé avec 0,2 points d’avance sur Yoshiaki Oiwa avec Calle 44. David Doel et Galileo Nieuwmoed auteurs d’un des parcours maxi ont complété le podium. Enfin le CCI3*-L a été le support d’une épreuve par équipes, seulement pour les cavaliers asiatiques. Elle permettait aux cavaliers de la Chine, du Japon, de Thaïlande et de Hong Kong d’obtenir une qualification olympique. Si c’est le local Jean-Lou Bigot qui a signé une belle victoire avec Aktion de Belheme après un nouveau beau sans faute, c’est le Japon coaché par Laurent Bousquet, qui l’a emporté avec son équipe composée d'Atsushi Negishi sur Ventura de la Chaule JR, Toshiyuki Tanaka et Kinnordy Rhondo, Ryuzo Kitajima avec Greenlawn Sky High et enfin Yoshiaki Oiwa et Vick du Gisors JRA (non partant sur le cross). Mais comme le pays hôte est d’ores et déjà qualifié, c’est la Chine, deuxième, et la Thaïlande, troisième, qui ont obtenu leur billet pour les Jeux olympiques de Tokyo. Le représentant chinois Alex Huan Tian est d’ailleurs second de l’épreuve avec Don Géniro. Le Britannique Francis Whittington et Farndon complète le podium.
 

Un staff très satisfait de son week-end avec un vivier de chevaux qualifiés qui s’étoffent

Un staff très satisfait de son week-end avec un vivier de chevaux qualifiés qui s’étoffent - Une quatrième victoire pour Christopher Burton dans le CCI 4*L de Saumur

Christopher Six et Totem de Brecey, 3ème et qualifiés pour le Championnat d'Europe
Crédit : Pauline Chevalier

Autant Michel Asseray que Thierry Touzaint avaient le sourire en fin de journée devant la prestation groupée des couples français venus jouer leur qualification en vue des Européens. Pour l’entraîneur national, la forme des français était attendue : “Nous avions de belles cartouches ici et ils ont touts répondu présent. C’était une belle édition et je regrette seulement que le concours manque d’étrangers. Certaines éditions ont vu des plateaux plus étoffés. C’était une course sélective mais les chevaux se sont très bien comportés. J’ai eu plusieurs coups de cœur forcément, il n’y a qu’à regarder les chevaux classés. Ils ont obtenu leur qualification avec la manière. Certes, je suis un tout petit peu déçu pour Nicolas qui a eu un Absolut Gold impressionnant sur le cross. Dans quinze jours, je dois aller à Bramham voir d’autres chevaux et après nous ferons le point pour les championnats d’Europe car je veux rentrer avec une belle médaille. Désormais, les mauvaises rumeurs qui disaient que j’allais avoir du mal à faire ma sélection vont pouvoir se taire car désormais, j’ai un vivier assez étoffé”.

Michel Asseray, le DTN en charge du complet a une analyse similaire : “Nous attendions ce week-end des chevaux que nous avions identifié et planifié pour cette épreuve. Ce concours n’était pas facile, exigeant pour les chevaux mais ils ont du cœur, de l’énergie et de la ressource car ils ont fini en sautant magnifiquement. Notre groupe de qualifiés grossi avec de nouvelles têtes mais aussi des anciens. Cela motive tout le monde. Après un bon check up, ces couples vont probablement recourir une épreuve en juillet soit à Jardy soit à Aix-la-Chapelle. Pour chacun des couples, c’est aussi la première étape d’une qualification olympique. Nous avons aussi d’autres chevaux, plus jeunes, que l’on prépare de manière cachée et qui courront probablement un format long en fin d’année. Peut-être que Vendée Globe’Jac*HDC pourra retenter d’obtenir une qualification. Nous savons que c’est un cheval pétri de qualité et nous savons que Nicolas forme ses montures avec patience et application. Ce refus n’est qu’un « contre temps ». En tout cas, les médailles et les titres se jouent sur l'hippique et nous avons vu que nos chevaux ont beaucoup progressé à ce niveau-là. Nous devons cependant encore mettre l’accent sur le dressage afin d’aller plus loin pour avoir les moyennes associées aux très belles médailles !”
 
Les résultats ici

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #112 GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER

GRANDPRIX #112

(GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter