Olivier Perreau poursuit sa moisson pour clôturer le GRANDPRIX Classic Spring Break 2019

Crédit : PSV

Dimanche 12 mai - 19h06 | À Fontainebleau, Yeelen Ravier

Olivier Perreau poursuit sa moisson pour clôturer le GRANDPRIX Classic Spring Break 2019

Décidément, presque rien ne lui échappe ces derniers mois! Olivier Perreau, qui avait tant fait sensation mi-mars au Saut Hermès de Paris, vient de s'adjuger le Grand Prix 2* by Egide, en clôture du GRANDPRIX Classic Spring Break édition 2019. Juché sur sa fidèle Dolce Deceuninck, le Rhônalpin a grillé la priorité au jeune Raphaël Goehrs, en selle sur la bien-nommée Radieuse de Landey, et David Jobertie, associé à Un Diamant d'Azif.

 - Olivier Perreau poursuit sa moisson pour clôturer le GRANDPRIX Classic Spring Break 2019

Crédit : PSV

Lancé à 14h30, le Grand Prix 2* de la deuxième et dernière semaine du GRANDPRIX Classic Spring Break de Fontainebleau édition 2019 a livré du beau sport cet après-midi. Sous un soleil heureusement de retour pour cette ultime journée de compétition, Olivier Perreau a à nouveau fait parler de lui en s'emparant avec brio de l'épreuve phare, sponsorisée par Egide. Deux mois après son éclatante victoire dans une épreuve à 1,60m au Saut Hermès de Paris, et son triomphe dans le relevé Grand Prix 4* de Gorla Minore début avril, le Rhônalpin a poursuivi sa moisson de ce début de saison extérieure. Aux rênes de Dolce Deceuninck, sa fidèle fille de Toulon de dix ans, le lauréat a bouclé un barrage parfait en 36"50! Super bilan pour Olivier Perreau, dont la participation à GRANDPRIX Classic servait de préparation pour les CSI 4* de Bourg-en-Bresse, qui se déroulera dans deux semaines, et le CSIO 3* de Lisbonne le mois prochain.

Olivier Perreau a ainsi grillé la priorité à Raphaël Goehrs, bien parti pour l'emporter. Le jeune cavalier des écuries Eurojump, élancé sur son étonnante et excellente Radieuse de Landey, a dépassé la cellule d'arrivée avec trois dixièmes de seconde de retard. Le couple, qui avait signé une impeccable première manche, semble être en pleine progression. David Jobertie s'est lui offert la troisième marche du podium avec Un Diamant d'Azif, un Selle Français fils de l'illustre Diamant de Semilly, qui a tant brillé sur ce stade équestre de Fontainebleau. La paire a signé un joli double sans-faute en 37"69, lui permettant de devancer Alix Ragot et Coco Rico, déjà vainqueurs de l'épreuve majeure de vendredi après-midi.

Un sans-faute pour Cédric Longis, le chef de piste!

S'il est une performance à relever aujourd'hui, c'est aussi celle du chef de piste Cédric Longis, qui a effectué un formidable travail de construction! Pour preuve, sur les soixante-neuf partants, treize sont sortis de piste sans aucune pénalité. Aussi, le chronomètre imparti était formidablement bien ajusté, huit cavaliers en ayant fait les frais, dont Guillaume Batillat avec Classic Addiction, Maelle Martin sur Kosmo van hof Ter Boone, ou le complétiste Stanislas de Zuchowicz Cne et Valco de Riverland.
Certaines têtes d'affiche n'ont d'ailleurs pas trouver les clés du parcours, comme l'Américaine Lauren Hough, qui a concédé une faute sur le vertical en sortie de double de la dernière ligne, en selle sur Paloma. La Française Eugénie Angot a elle écopé de cinq points de pénalité aux commandes de l'attachant Talent des Moitiers, monture de son compagnon Cédric Angot, qui effectue lui une pause sportive après s'être fait opérer des adducteurs.
 

À lire également...

Réagissez

  • Gandalf - le 13/05

    Pour la plupart les revenus réguliers ( autant que possible) sont générés par les pensions et le travail car beaucoup ne sont pas propriétaires ( ou pas en totalité ) des chevaux qu'ils montent.. ça paie les charges fixes ... du coup l autre question qui me vient c'est comment font leurs propriétaires pour rentrer dans leurs frais ( et je ne parle pas de gagner de l'argent ) avec les gains de csi 2etoiles?

  • TOF - le 13/05

    D'accord , mais mettons que tous ces cavalier font 6/7 ventes par an de jeunes et chevaux d'expérience : comment s'en sortent ils comme même afin de tout payer et de se faire un salaire ??

  • mire - le 13/05

    C 'est impossible, comptant déjà une heure de travail sur un cheval à 30 euros, charges comprises; vous arrivez à 900 euros mois, et rien n' est payé ,ni nourriture ,ni lad, ni entretien et amortissement de l' outil du travail et du camion…………; Seule une bonne vente et le coaching peuvent etre rentables!

  • TOF - le 13/05

    bravo aux cavaliers sur le podium. Comme peut on vivre en tant que cavaliers avec le niveau des gains sur des CSI2* ??

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter